Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Maymûn Al-A'châ (A L.M.) français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

Maymûn Al-A’châ

 

Tu marches, ma douce Amie,

Posant délicatement tes pieds

De marbre blanc de Carrare

Sur les joyeux grains de sable.

 

Tu avances, ma bien-aimée,

Avec ton allure harmonieuse

Faite de soleil et de vents chauds

Toi, svelte et éthérée

Comme les petits nuages cotonneux

Qui réjouissent les plaines bleues du ciel.

 

J’entends le suave tintement de tes bracelets

La langue amène de tes bijoux

Et le chant cristallin des sceaux,

Le soir, quand heureuse,

Tu reviens de la source bienheureuse.

 

Ô brise, quelle éternité

Entre la grâce et moi !

Quel abîme, quelle joie

D’être triste

Quand tu n’es pas près de moi,

Ma bien-aimée.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Glose :

Maymûn Al-Aʿchâ (590-629 ap. J.-C.) : ( an arabe : ميمون اَلأَعْشَى) est un des plus grands poètes arabes de l’époque antéislamique (avant l’arrivée de l’islam). Ce poète du VIIe siècle est un itinérant, surnommé « La cymbale des arabes ».

Il aborde tous les thèmes amoureux, bachiques, guerriers, naturalistes caractéristiques de la poésie de l'époque ; l'une de ses odes est parfois incluse dans les Mu’allaqât. Il meurt en 629 en tombant de sa monture alors qu'il retournait dans la région d'Al-Yamâma.

Bachique (adj.) : de Bacchus, dieu romain correspondant à Dionysos dans la mythologie grecque. Dieu du vin. Chanson bachique, chanson de table, où l'on fait l'éloge du vin.

 

Le marbre de Carrare (pour les Romains marmor lunensis, « marbre de Luni ») est un type de marbre, extrait des carrières des Alpes apuanes (Alpes de Toscane) sur le territoire de la ville de Carrare, universellement connu comme un des marbres les plus prisés pour sa blancheur.

Amène (adj.) : du latin amoenus, « agréable, qui charme par sa douceur » : Un visage amène.

 

ENGLISH:

 

Maymun al- Alacha

 

I see you walking, my sweet Friend,

delicately placing your feet

white as Carrara marble

upon the grateful grains of sand.

 

Yes, you’re walking now, my beloved,

with the grace and harmony

of sun and warm winds,

you, slender and ethereal

like the small downy clouds

which gladden the blue plains of the sky.

 

I can still hear the sweet tinkling of your bracelets

the pleasant chatter of your jewellery

and the crystal song of the waters,

on those evenings, when, happy again,

you return from the blessed spring.

 

O breeze, what an eternity

between myself and grace!

What chasms, what joy

to feel this sadness

when you are far from me,

my beloved.

 

Note: Maymun al-Acha: pre-Islamic poet (570-629 a.d.)

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Lundi, 28 Novembre 2016 20:57 )