Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les rouges hiéroglyphes (A L.M.) français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LES ROUGES HIÉROGLYPHES

 

Les rouges hiéroglyphes du jour et du silence –
Les formes alambiqués des figurines des dieux,

La lune aérienne et l’air mélodieux

Dans tes cheveux de lin et la splendeur des stances !

 

J’aime ton allure légère comme la romance des eaux

La grâce de tes mouvements, l’éclat de ton sourire,

Les rimes des pivoines et le soupir des lyres

Dans la nuit immense, amie des ruisseaux.

 

Ô vents magique du sud, ô larmes de gratitude,

Puissent les sylphes du temps qui vivent dans les forêts

Vêtir de doux brouillard le chœur des oliveraies

 

Et faire de nos destins deux fleuves de plénitude.

Toi, déesse aimée des foyers heureux

Transforme les heures rapides en astres lumineux.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Glose :

 

Hiéroglyphe (n.m.) : du grec hiéros, « sacré »  et glyphein ; «  graver ». Les  hiéroglyphes sont une des écritures utilisées par les Égyptiens aux temps des pharaons. Elle est composée de dessins figuratifs ou abstraits, contenus dans des cartouches.

Cette écriture peinte ou sculptée, lente à tracer, était surtout employée pour écrire dans les temples et les tombeaux. Les hiérodules (du grec doulos, esclave) sculptaient ces symboles en ces lieux. Pour écrire plus rapidement sur les papyrus, les scribes égyptiens utilisaient deux autres écritures : dès le début, l'écriture hiératique, puis, à partir du VIIIe siècle av. J.-C., le démotique.

Pivoine – Paeonia – (n.f.) : du grec ancien παιωνἰα / païônia : pivoine.  Plante médicinale à racines tubéreuses, originaires de diverses régions de l’Europe à l’Extrême-Orient, notamment de Chine, où elles sont associées à la ville de Luoyang.

Étymologie : Péon (Παιὠν / Paiôn) était un des plus anciens dieux guérisseurs des Grecs, puisqu'il est mentionné dans les tablettes en linéaire B de Knossos en Crète. Il soigna et guérit les dieux Hadès et Arès de leurs blessures de guerre. Les anciens Grecs dénommaient aussi la pivoine paiônia.

Les sylphes (« sylphides » au féminin) sont des esprits de l'air. Ils sont décrits comme des élémentaires de l'air par Paracelse. Le terme vient du latin sylphus qui signifie « génie ». Les sylphes proviennent des mythologies gauloise, celte et germanique.

 

Toi, déesse aimée : la déesse Hestia dans la mythologie grecque. Hestia (en grec ancien Ἑστία / Hestía) est la divinité du feu sacré et du foyer. Fille aînée de Cronos et de Rhéa, sœur de Zeus, Poséidon, Hadès, Héra et Déméter, elle appartient à la génération des dieux mineurs, bien que sa présence dans le canon olympien soit variable. Hestia est la déesse vierge du foyer domestique.

Dans la mythologie romaine, elle correspond à Vesta. Ses attributs sont le feu sacré, le foyer (familial comme civique), l’âne et la torche. Les oiseaux sont les animaux favoris d'Hestia.


ENGLISH :

 

The Red Hieroglyphs

 

Red hieroglyphs of daylight and silence:

the refined forms of the figurines of the gods,

the moon above us, the sweet song of the air

in your flaxen hair and sublime poetry!

 

I love your stately bearing, light as the romance of waters,

the grace of your movements, the brilliance of your smile,

the rhymes of peonies and the sigh of lyres

in the vast night, friend of rushing streams.

 

O magic winds of the South, O tears of gratitude,

may the sylphs of time that live in the forests

clothe in sweet mist the choir of olive groves

 

and make of our destinies two rivers of fulfilment.

Hestia, beloved goddess of happy hearths,

transform the racing hours into bright stars!

 

 

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Lundi, 12 Décembre 2016 16:23 )