Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Visar Zhiti (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

VISAR ZHITI

"Lumière éteinte de la lampe d'argent,
spirales d'encens envolées"

Kouan Han-k'ing

Visar, mon Ami illyrien,

Homme fin et clair,

Comme est envoûtante

L’harmonie concertée

De ta poésie qui lie si adroitement

Musique et sens !

 

J’entends la fuite du sable

Sous tes pieds et dans ton âme !

 

Comme tes ancêtres

Qui se sont perdus dans le cœur du temps,

Eux dont les regards perçants

Et les lèvres assoiffées de tendresse

Ont aimé la chaude beauté

Du vent malicieux,

Tu chéris la peau nacrée de ta patrie !

 

Toi qui as fait de la souffrance

La plus douce des sérénités

Toi qui as conté tes errances bouleversantes

Et chanté toutes les cicatrices des choses

Comme Giulio Romano

A peint à Mantoue

Le cadastre chantant du ciel.

 

Nous, pauvres Œdipe,

Nous arrivons toujours

Au carrefour de l’irréparable !

 

Défis, sermons,

Aventures, combats rêvés,

Irréelles victoires,

Tu as su faire apparaître

La splendeur de l’univers

Dans la flamboyance de tes mots.

 

Visar, mon Ami, comme moi,

Sacrifie un coq à Asclépios,

Au dieu qui seul fait guérir de la vie !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 octobre 2013

 

Glose :

Kouan Han-k'ing (milieu du XIIIe siècle) : l'un des premiers et des plus grands dramaturge de la dynastie chinoise des Yuan (1279 - 1368)

Giulio Pippi de’ Jannuzzi, dit Giulio Romano et connu aussi en France sous le nom francisé de Jules Romain (Rome vers 1499 – Mantoue 1546) : peintre, architecte et décorateur italien, l'un des premiers artistes maniéristes de la Renaissance, l’élève favori de Raphaël.

Œdipe (en grec ancien Οἰδίπους / Oidípous, littéralement « pieds enflés ») est un héros de la mythologie grecque. Il fait partie de la dynastie des Labdacides, les rois légendaires de la ville de Thèbes. Fils de Laïos et de Jocaste, Œdipe est principalement connu pour avoir résolu l'énigme du sphinx et s'être rendu involontairement coupable de parricide et d'inceste.

Asclépios (en grec ancien Ἀσκληπιός / Asklêpiós, en latin  Aesculapius) est dans l'épopée homérique un héros thessalien puis, à l'époque classique, le dieu de la médecine. Fils d'Apollon, il meurt foudroyé par Zeus pour avoir ressuscité les morts avant d'être placé dans le ciel sous la forme de la constellation du Serpentaire.

Il correspond à l'Esculape romain, dont le nom est une traduction en alphabet latin du dieu grec, et à l'Imhotep égyptien. Son attribut principal est le bâton d’Asclépios autour duquel s'enroule un serpent, aujourd'hui symbole de la médecine.

Son principal lieu de culte est situé à Épidaure, où il guérit les pèlerins par incubation. Il est invoqué dans le serment d’Hippocrate aux côtés de son père Apollon et de ses filles Hygie et Panacée. Il est l'ancêtre mythique des Asclépiades, une dynastie de médecins exerçant à Cos et Cnide dont Hippocrate est le plus illustre membre. Incubation (n.f.) : terme à l'origine scientifique introduit avant le XVIe qui dérive du latin incubare, littéralement « poser dessus », dont dérive aussi son synonyme populaire plus ancien « couvaison », acte des oiseaux qui réchauffent leurs œufs, entre la ponte et l’éclosion. De cet acte, de nombreux sens dérivent, tant biologique, sociologique que religieux.

 

ENGLISH :

 

Visar Zhiti

 

‘Light from the silver lamp extinguished,

Spirals of incense in flight’

Kuan Han-ch’ing

 

Visar, my Illyrian Friend,

Man of subtlety and clarity,

How bewitching is

The concerted harmony

Of your poetry that so adroitly links

Music and meaning!

 

I hear the sand falling away

Beneath your feet and in your soul!

 

Like your ancestors

Lost in the heart of time,

Whose piercing looks

And lips thirsting for tenderness

Loved the warm beauty

Of the spiteful wind,

You cherish the pearly skin of your homeland!

 

You who made from suffering

The sweetest of serenities

You who told of heartbreaking wanderings

And sang all the scars of things

Just as Giulio Romano

Painted in Mantua

The singing cadastral map of heaven.

 

We, poor Oedipuses,

We still arrive

At the crossroads of the irreparable!

 

Challenges, sermons,

Adventures, dreamed-of battles,

Unreal victories,

You could make visible

The splendour of the universe

Through the blaze of your words.

 

Visar, my Friend, as I do,

Sacrifice a cock to Asclepius,

To the only god who can heal a life!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Vendredi, 01 Novembre 2013 16:01 )