Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ELIZABETH BARRETT BROWNING (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

ELIZABETH BARRETT BROWNING

 

Amour éblouissant, sauveur inespéré

D’une âme frappée du sceau d’une mort impériale,

Le tendre sentier, limpide comme une vestale

Qui lie le cœur d’une rose à l’être de l’été.

 

Le chant épistolaire d’une main confuse, hardie

Qui dit le paradis des lumineuses étreintes

En des accents plus purs que les prières d’une sainte

Et la musique d’un ange perdu dans la nuit !

 

Ainsi arrive la joie en bousculant la porte

Des lèvres blêmissantes meurtries par la pudeur

Du douloureux hiver qui cristallise la peur

 

D’une poitrine souffrante que le vertige emporte !

Mais prise par l’incendie des sentiments sublimes

Elle devient effroi, montagne, ciel, abîme !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce dimanche le 14 avril, l’An de Grâce 2013

 

Glose :

Elizabeth Browning (6 mars 1806 - 29 juin 1861) : poétesse, essayiste et pamphlétaire anglaise. Ses parents ont eu douze enfants, huit garçons et quatre filles, dont l'une décède alors qu'Elizabeth a huit ans. Dès son plus jeune âge, elle commence à écrire. Son intérêt la porte vers les œuvres de l’Antiquité gréco-latine et hébraïque lues dans le texte. Elle cultive aussi les grands classiques anglais, français, allemands et italiens.

Sa vie bascule lorsque, à la fin de son adolescence, elle est frappée par une paralysie sans doute d'origine psychosomatique, aggravée par la perte de sa mère en 1828 et, surtout, par le décès tragique, en 1840, de son frère préféré, Edward. Elle vit alors en recluse dans sa chambre auprès d'un père à l'affection tyrannique envers ses enfants auxquels il entend imposer le célibat.

Le poète Robert Browning, ébloui par la lecture d'un recueil de ses poèmes, entreprend avec elle une correspondance qui devient vite amoureuse. Au bout de deux ans, le couple se marie clandestinement et s'enfuit en Italie, où il réside jusqu'à la mort d'Elizabeth en 1861.

Elizabeth Barrett Browning est surtout connue pour deux œuvres, Sonnets from the Portuguese (« Sonnets portugais ») dans lequel elle chante son amour naissant, puis triomphant, pour Robert Browning, et Aurora Leigh, long roman en vers où elle aborde des problèmes historiques, sociaux et politiques, mais retrace aussi l'itinéraire personnel, intellectuel et moral d'une artiste revendiquant sa féminité et l'accomplissement de sa vocation.

C'est l'une des figures majeures de la poésie victorienne, un écrivain à la fois engagé et lyrique, à la culture encyclopédique qui, comme elle l'écrit dans Aurora Leigh, s'applique à « analyser, confronter et questionner » (« analyse, confront and question) tout en exprimant les turbulences ou les extases de son cœur.

ENGLISH :

 

Elizabeth Barrett Browning

 

Dazzling love, unexpected saviour

Of a soul marked for death beneath imperial rule,

The tender path ahead, clear as a vestal

Who binds the heart of a rose to the essence of summer.

 

The epistolary song of a discomposed hand, boldly

Telling of the paradise of luminous embraces

In accents purer than the prayers of a saint

And the music of an angel lost in the night!

 

Thus joy arrives by pushing through the door

Of lips turning pale bruised by the modesty

Of the sorrowful winter which crystallises the fear

 

Within a suffering breast carried away by vertigo!

But captured by the fire of sublime feelings

She becomes terror, mountain, sky, abyss!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Mardi, 16 Avril 2013 10:17 )