Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

JOSQUIN DES PREZ (français / anglais))

PDF
Imprimer
Envoyer

JOSQUIN DES PREZ

À Apolinaria

Lèvres incapables de prononcer en vain des formules !...

Peut-être, ce soir, je ne prierai pas, Seigneur,

Mais il y aura dans tout mon être un tel abandon

Mon âme sera abîmée en d’ineffables pensées

Et mon cœur aura pour les pénombres

Des prévenances suprêmes.

 

Sous les greniers abondants et généreux de la nuit,

J’écouterai la sublime musique mystique de Josquin des Prez !

 

Et mon corps, qui n’a jamais su peser la gravité

Du sang qui bat dans mes veines,

Sera si léger quand les joyeuses sylphides des notes le porteront

Vers ce je-ne-sais-quoi d’irréversible, de raffiné, d’involontaire, de divin

Sous le soyeux balancement des voiles nocturnes des senteurs.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

 

Paris, le 26 février 2013

 

Glose :

Josquin Lebloitte dit Josquin des Prés ou des Prez né peut-être à Beaurevoir en Picardie vers 1450 et mort à Condé-sur-l’Escaut le 27 août 1521, souvent désigné simplement sous le nom de Josquin, est un compositeur franco-flamand de la Renaissance. Il est le compositeur européen le plus célèbre entre Guillaume Dufay et Palestrina. Josquin est largement considéré par les spécialistes comme le premier grand maître dans le domaine de la polyphonie vocale,  style qui allait poursuivre son développement au cours de sa vie.

Pendant le XVIe siècle, Josquin a graduellement acquis la réputation de plus grand compositeur de l'époque. La maîtrise de sa technique et de son expression étaient universellement admirées et imitées. Des auteurs aussi divers que Baldassare Castiglione ou Martin Luther ont écrit au sujet de sa réputation et de sa renommée. Des théoriciens comme Glaréan et Gioseffo Zarlino ont jugé son style comme le meilleur représentant de la perfection.

Il était tellement admiré que beaucoup de compositions anonymes lui ont été attribuées par des copistes, probablement pour augmenter leurs ventes. Au moins 374 œuvres lui sont imparties ; c'est seulement à l'arrivée des méthodes modernes d'analyse que certaines de ces attributions erronées ont pu être révélées, sur la base de la comparaison avec les caractéristiques de son écriture. Le seul autographe qui nous soit parvenu est son nom, gravé à la main sur le mur de la chapelle Sixtine et nous ne connaissons qu'une mention relative à son caractère dans une lettre à Hercule Ier d’Este, duc de Ferrare. La vie de douzaines de compositeurs mineurs de la Renaissance est mieux documentée que celle de Josquin.

Il a écrit de la musique sacrée et profane dans toutes les formes vocales propres à l'époque. Elle comprend des messes, des motets, des chansons et des frottoles d’origine italienne. À l'époque moderne, les spécialistes ont cherché à compléter sa biographie.

Apolinaria : du dieu grec Apollon. Prénom d’origine espagnole qui évoque le pouvoir de la lumière solaire.

 

Sylphe (masculin), sylphide (féminin) : créatures imaginaires issues de la tradition occidentale. Le terme vient du latin sylphus qui signifie « génie ». Les sylphes proviennent des mythologies gauloise, celte et germanique.

Dans le monde anglo-saxon, les sylphes évoquent le poème épique d'Alexandre Pope,  The Rape of the Lock (La Boucle de cheveux enlevée), où ils constituent des sortes d'anges gardiens chargés de protéger les jeunes filles.

 

ENGLISH :

 

Josquin des Prez

For Apolonia

 

Lips incapable of uttering any phrase in vain!...

Perhaps, tonight, Lord, I won’t pray

But instead I will surrender my entire being so that

My soul will sink into ineffable thoughts

And my heart will be supremely

Attentive to the darkness.

 

Sustained by the plenteous and generous grain stores of night,

I will listen to the sublime mystical music of Josquin des Prez!

 

And my body, which has never known how to weigh the gravity

Of the blood which beats in my veins,

Will feel so light as the joyous sylphs of the notes carry it

Towards that indefinable quality, irrevocable, refined, involuntary, divine

Beneath the silken swaying of the scented veils of night.

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Mis à jour ( Jeudi, 28 Mars 2013 12:00 )