Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

POTORIUM FIDEI (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

POTORIUM FIDEI

A Michel Vieuchange 

« Pro deorum atque hominum fidem »

 (Au nom des dieux et des hommes))

           

Que furent pour toi Smara, les Reguibats, l’Atlas,

Un rêve halluciné, un suicide, un rite,

Le sacrifice de soi, le cri d’un jeune ermite,

Ou la fureur d’une âme éprise des grands espaces !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Glose :

Potorium : mot latin - vase à boire, coupe. Fides, fidei : mot latin - foi. Fidem suam liberare (exsolvere) : remplir ses engagements. Potorium fidei : la Coupe de la Foi.

Michel Vieuchange (1904-1930) : écrivain français, auteur de Smara, mort à l’âge de 26 ans. Clémence Boulouque parle ainsi de lui :

« En 1930, il fallait être un peu fou pour vouloir traverser le désert saharien le long de la côte Atlantique, au sud d'Agadir. Les troupes françaises n'avaient pas osé pénétrer à l'intérieur de ce territoire vierge de toute carte, où coulait le sang des tribus ennemies. Michel Vieuchange avait le malheur d'être français, digne représentant, pour les hommes bleus, de la menace colonialiste. Ce bourgeois littéraire trouva à peine de quoi s'en inquiéter lorsqu'il entreprit de préparer le périple qui devait le mener jusqu'aux ruines de Smara. Cette cité mythique, abandonnée au cœur du désert, avait été le rêve mégalomane d'un autre homme, qui aurait voulu voir unifiés tous les peuples du Sud contre l'empire marocain au début du siècle dernier.

Les carnets de l'aventurier de vingt-six ans commencent au moment où il vient de laisser son frère au dernier poste français. Il note, travesti sous des vêtements de femme, ses premières impressions qui laissent envisager l'âpreté du voyage. Le style télégraphique va droit à l'essentiel : les maux d'estomac, les blessures aux pieds, les poux, la dureté du sol, mais aussi les tractations, les amitiés, les rituels. Deux mois plus tard, à quelques kilomètres du retour, affaibli par une dysenterie, il laisse tomber sa plume. »

 

Michel Vieuchange est l'un de ces auteurs d'un seul livre, éclat d'une vie trop brève. Mort à 26 ans, en 1930, il laisse avec Smara une ode au désert de Mauritanie dans lequel il s'est consumé. Un «nouveau Rimbaud», voilà comment le qualifie Paul Claudel qui signe l'introduction à ce texte, également admiré de Cocteau, Bowles, Théodore Monod ou Massignon. Ces carnets de route, publiés de façon posthume en 1932, retracent l'itinéraire des mille quatre cents kilomètres parcourus en trois mois dans le Grand Sud.

Du Rio de Oro, nom espagnol du Sahara Occidental, pays légendaire où aucun Européen n'avait pénétré avant lui, Michel Vieuchange ne réchappera que pour mourir, quelques jours après la fin de son expédition, à Agadir où son frère Jean est en poste. La biographie, entre l'enquête et le reportage littéraire, nourrie des témoignages de Jean et des archives familiales, tente de déchiffrer la flamme brûlant en ce jeune homme jusqu'à le pousser aux confins de lui-même et du monde. Né dans une bonne famille de Nevers, obsédé par la crise morale d'une Europe saignée à blanc par la Première Guerre mondiale, il entame des études de lettres avant de sentir l'irrépressible appel vers ce désert. Son parcours, baigné de mysticisme, sera l'objet de nombreuses récupérations. Pour Lyautey et les autorités françaises au Maroc, ses itinéraires constituent de futurs modèles d'expéditions bien-pensantes, vitrine du protectorat. D'autres se l'approprient pour en faire le chantre d'un héroïsme droitiste, de l'Action française au régime de Vichy. A l'opposé, pour la gauche, il incarne le gâchis infligé par une petite bourgeoisie étriquée à des générations qui refusent le matérialisme triomphant.

Smara (Semara) : ville du Sahara Occidental.

Reguibats : Les Réguibats étaient des nomades qui transportaient autrefois les marchandises entre l’Afrique noire occidentale et la région du Sous.

Sous (il faut pronocer le « s » final ») : plaine du Maroc méridional ouverte sur l’Atlantique, enserrée entre les parties occidentales du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas, peuplée par les Chleuhs (Berbères sédentaires).

Mis à jour ( Lundi, 05 Avril 2010 15:40 )