Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

VERBUM DIMISSUM (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

VERBUM DIMISSUM

 

A Gilles Baschet

Pourvu que l’été n’ait pas fin,

Que vertes, très vertes soient

Longtemps

Les herbes des prairies.

 

Comme il me plaît

Ce vent suave

Qui fait fraîchir le crépuscule.

 

Comme la soie des fleurs

Brochée de petites gouttes d’or

Me rend la mémoire

Des scaldes scandinaves :

 

Auðunn illskælda, Fleinn Hjörsson,

Thjodolf des Hvinir,

Jorunn Skalmaer,

Snorri Sturluson…

 

Je pense à ces grands poètes et,

Saisi d’une joie claire,

Je confie mes mots

Aux poèmes des rivières bleues.

 

Quelle aisance,

Quelle souplesse

Du cœur qui aime !

 

Âme, appuie ton émotion

Sur la proue du bateau

Et oublie

Le passé !...

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Glose :

Verbum dimissum : expression latine qui signifie « la parole délaissée ».

 

Scalde (n.m.) : poète scandinave du Moyen Âge, essentiellement du IXe au XIIIe siècle.

Auðunn illskælda est un scalde norvégien du IXe siècle. Le Skáldatal le cite parmi les poètes de cour du roi de Norvège Haraldr hárfagri. Skáldatal : catalogue des poètes nordiques, datant du XIIIe siècle.

Fleinn Hjörsson est un scalde norvégien du IXe siècle. D'après le Landnamabok, il est originaire de Jösureið, une île située près de Borgund, dans le Møre. Il séjourna auprès de Þórolfr Herjólfsson hornabrjótr (« casseur de cornes ») et de son frère Óláfr, qui étaient rois dans les Upplönd. Il se rendit ensuite au Danemark, où il entra au service du roi Eysteinn, qui apprécia tant sa poésie qu'il lui donna sa fille en mariage. Le Landnámabók (« le livre de la colonisation » est un manuscrit décrivant de manière très détaillée la colonisation (landnám) de l’Islande par les Scandinaves au IXe et Xe siècles.

Thjódólf des Hvínir (Þjóðólfr ór Hvíni en vieux norois) est un scalde norvégien qui vécut à la fin du IXe et au début du Xe siècle. Il est l'auteur de l’Ynglingatal et de la Haustlöng, deux des plus anciennes sources de la mythologie nordique.

Jórunn skáldmær (« la jeune fille scalde » en vieux norois) est une scalde norvégienne qui composa dans la première moitié du Xe siècle.  Son Sendibítr (« Message mordant »), qui évoque un conflit entre le roi de Norvège Harald à la Belle Chevelure et son fils Halfdan III de Vestfold, est le plus long poème scaldique composé par une femme qui nous soit parvenu.

 

Snorri Sturluson (1179-1241) est un homme politique, diplomate, historien et poète islandais. Il est le principal écrivain scandinave du Moyen Âge. Auteur de nombreuses sagas et de récits mythologiques, son œuvre constitue une source irremplaçable pour la connaissance de la mythologie nordique.