Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L'HEURE VENUE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

L’HEURE VENUE

 

 

«  Bienheureux est celuy, qui loing de la cité
Vit librement aux champs dans son propre heritage,
Et qui conduyt en paix le train de son mesnage,
Sans rechercher plus loing autre felicité ».

Olivier de Magny

 

L’heure venue,

Frapper à la porte de l’été,

Ouvrir le livre de la rivière fraîche

Et lire les poèmes de son eau scintillante.

 

M’asseoir simplement sur la rive

Et respirer les rimes sonores des renoncules.

 

Puis plonger dans la claire lumière

De tes yeux

Où campe le ciel étincelant de juillet,

Prendre entre mes doigts tous tes rêves.

 

Être le silencieux oiseleur de tes pensées,

Les saisir dans les filets de mon chant taciturne

Et lire dans les lignes qui sillonnent

Les paumes de tes mains nacrées

Les édits du temps, ciselés

Sur les pages de velours

De chaque jours.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 9 août 2012

 

Glose :

Olivier de Magny (1529-1561 : poète français. Né dans une famille bourgeoise de Cahors, Olivier de Magny fait ses premières études dans sa ville natale avant de se rendre à Paris en 1547. Il y attire l'attention de Hugues Salel, abbé de Saint-Chéron et poète de la cour de François Ier, qui en fait son secrétaire. Ce premier poste l'amène à fréquenter à son tour la cour, où il rencontre quelques éminents personnages de l'époque.

Son protecteur meurt en 1553. Olivier de Magny s'attache alors à Jean de Saint-Marcel, seigneur d’Avanson, qui l'emmène à Rome en 1555 au cours d'une mission diplomatique auprès du Saint-Siège. C'est pendant ce voyage qu'il rencontre à Lyon Louise Labé, dont il tombera amoureux. En 1557, il retourne en France où, le 31 mai 1559, il est nommé au poste envié de secrétaire du roi, fonction qu'il exercera jusqu'à sa mort.