Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LAETITIA EXULTANS (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

LAETITIA EXULTANS

 

 

Cette jubilation fiévreuse des premiers jours du printemps

Du côté splendide des rhododendrons,

Les ailes des colombes qui enlacent la face du soleil,

La fervente abondance des chants des merles

Et cet excès de ciel au-dessus

Des fenêtres ouvertes

Des maisons !

 

Je brûle d’entendre des mots de douceur,

Lumineux comme toutes les simples choses qui m’entourent.

Je veux que l’âme de mon grêle poème soit

Blanche et parfumée comme les narcisses.

 

Je veux que dans toutes les cicatrices humides de ma nuit

Brillent, petites veilleuses jaunes,

Les corolles magiques des primevères

Et le bleu de cobalt des violettes en robe de fête.

 

Que ma voix s’élève sur les bras de la brise

Et dissipe la noirceur terrible des soucis d’hier.

 

Loin de moi

Tramontanes,

Suroîts,

Sirocos,

Les ciels tombés en lambeaux,

Les pensées lucifuges !

 

Que le matin mûrisse entre mes cils

Comme un fruit rouge et juteux.

 

Que je voie, enfin, le monde

Vehementer laetari !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce dimanche 18 mars, Anno Christi MMXII

 

Glose :

 

Laetitia exultans : expression latine qui signifie « transport de joie ».

 

Rhododendron (n.m.) : du grec rhodon, « rose » et dendron, « arbre ». Arbuste ou arbre de la famille des Ericacées, à feuilles persistantes, à fleurs blanches, roses, rouges, violettes, dont de nombreuses espèces sont ornementales. Rhododendron des montagnes : rosage.

 

Bleu de cobalt : pigment minéral bleu violacé.  De l'allemand Kobolt ou Kobold. Les Kobolds sont des mauvais génies des mines. Ils sont devenus les nains facétieux du folklore germanique, accusés de dénaturer ou voler les minerais précieux ou utiles, par exemple l’or. Ils lui substituent par farce un mystérieux minerai toxique nommé "de kobold", qui ne peut être fondu et ne peut donner, croyait-on autrefois, de métal.

Tramontane (n.m.) : nom donné à plusieurs vents soufflant vers le golfe du Lion.  En Italie et en Provence, il s'agit d'un vent du Nord. Emprunté à l’italien tramontana (stella), « étoile polaire », lui-même du latin transmontanus. Ce mot désignait au début l’étoile polaire, puis un vent du Nord.

Suroît (n.m.) : mot normand, désignant le Sud-Ouest, mais aussi :

-          un vent venant du Sud-Ouest

-          un chapeau imperméable des marins

-          une vareuse ou veste de marin

Siroco (n.m.) : vent saharien violent, très sec et très chaud, qui souffle sur l’Afrique du Nord et le Sud de la mer Méditerranée.

 

Lucifuge (adj.) : du latin lucifugus, « qui fuit la lumière ».

 

Vehementer laetari : expression latine qui signifie « avec beaucoup de joie ».