Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LES TOUAREG (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

LES TOUAREG


I.

 

Peuple d’Algérie,

Peuple du Mali,

Peuple du Niger, peuple de Libye,

Peuple de Mauritanie,

Peuple du Burkina Faso,

Peuple qui avance dans mon cœur,

Le jour comme la nuit,

Avec le livre du vent, l’alphabet du sable,

Le chant mystique des sources cachées,

Le haut rituel des indomptables montagnes.

 

 

II.

 

Vous, générations endormies

Dans les abîmes immenses du redoutable silence,

De mes paroles pleines de tendresse,

J’ai construit la transparente lumière

De vos tombes !

 

Ô cet échange limpide entre aube et splendeur !

Toutes ces couleurs d’espoir qui habitent mes mots

Et rendent plus aisés à franchir

Les antiques éboulis des lignes de l’horizon !

 

Gloire aux nuages, aux fleurs,

À la musique et à l’encens

Qui exaltent la résurrection de vos légendes

Dans les cœurs cristallins de vos enfants !

 

III.

 

Je t’aime, ô peuple mien, peuple d’azur,

Peuple qui ne craint pas la mort

Mais la mortelle déchéance !

 

Vous, fils fiers du désert,

Amis, plus amis de mon âme

Que toutes les girations des astres.

 

Vous, hommes bleus,

Vous qui connaissez par vos visages burinés

L’ordre inégal des choses de la terre.

 

Vous, algèbre absolu de l’espoir,

Racines carrées de l’avenir !

Vous qui ne craignez point

Les cartouchières des tempêtes

Ni le froid silex d’où jaillit,

Ami fidèle des nuits d’errance, le feu !

Vous qui savez comment se soûle de beauté

Et sanglote d’émotion, dans l’obscurité, l’âme de l’homme !

 

Vous qui étiez jadis terre fertile,

Temples légers, colonnes magnifiques !

 

Ô monde, ô univers

Si vieux, si fatigués !

X.

 

J’aime le clapotement liquide

De votre impérieuse espérance !

 

Et ces toiles irradiantes des nuages,

Ces célestes voyages au long cours

Que guident le soleil douloureux

Et les chœurs salvateurs des étoiles.

 

Vous qui vous en allez toujours,

Gardant dans la plaine intelligente de vos regards

L’élégance des espace parcourus,

 

Vous qui laissez derrière vous

L’air du bonheur que vous avez respiré,

L’air à qui appartient désormais en propre

Votre téméraire adolescence !

 

Ô ces étoiles qui dorment dans la chair de vos sourires !

 

XI.

 

Vous, Imajaghan, nobles tribus, guerriers féroces et redoutés,
Ineslemen, marabouts aristocrates, maîtres rompus
À la religion du Prophète, troubadours de Dieu,
Vous, Imrad, tribus vassales,
Inaden noirs, habiles forgerons,
Et vous, Irawellan, anciens captifs touareg,
Iklan serviteurs,
Bellas, esclaves libérés de la belle langue songhaï
Et vous enfin, mes frères de destin, Bouzou,
Esclave qui parlaient l’antique langue haoussa.

Et vous, femmes gazelles qui embaumez comme des fleurs,
Comme toutes les pesanteurs de la tristesse s’estompent
Au contact de vos faces radieuses !
Vous, libres de la plus haute Liberté !

Vous, femmes touareg, à la beauté frappée

Au plus artiste des burins,

Allant dans l’espace illimité du désert,

La musique de la Terre dans vos yeux !

La soie de l’air léger blessant

Votre peau délicate !

Et cette élégance de vos gestes

Qui n’a rien de frivole ni de pesant !

Le soleil ne peut pas faner vos corps

Ni la lune distendre le velours de vos mains

Pleines de caresses !

 

Vous, toujours debout, toujours splendides

Au cœur des cruelles circonstances,

Vous, par qui l’immanence devient transparence !

Vous qui portez dans la grâce de votre allure

L’harmonie spontanée de l’amour !

XII.

 

J’aime boire le bruit des pieds touareg

Qui frôle le tapis mouvant du sable chaud !

Vous, Amis des étendues infinies qui honoraient d’huiles rares,

Les génius loci, les bons esprits,

Qui protègent l’âtre de vos campements vagabonds !

 

Ainsi la divine foi dont la tige d’or pousse dans les prunelles

Installe lentement dans les corps

Ses déclinaisons imprévisibles

Et son indéfinissable charme.

 

XIII.

 

Ô vous, femmes touareg,

Aux corps enduits d’huile de bourrache et d’onagre,

Vous, opus mirandum de l’incessante Création !

 

Je vous aime, ô splendides adolescentes,

Vous qui offrez les framboises de vos lèvres

Sur les feuilles drues d’un acacia sauvage du matin,

 

Vous, la fleur et le sel de la folie de l’amour,

Parcelles vierges de félicité et de tendresse !

 

XIV.

 

Et vous, jeunes hommes au corps élancé,

Aux veines pleines de sucs vivifiants,

Vous qui savez avec une habileté légendaire

Essuyer les larmes de braise

Des joues halées de vos mères héroïques

Et construire, dans les ténèbres, devant le feu,

Des navires des constellations voyageuses.

 

Ô Touareg nobles du Hoggar,

Vous qui savez dialoguer avec l’âme de  l’air,

Vous, pousses vigoureuses de la reine Tin Hinan,

Celle qui se déplace à travers l’espace,

La guerrière venue de loin.

 

Qu’est-ce que la Vérité suprême,

De quoi est-elle faite l’éternité

De notre nature profonde ?

Pourquoi notre cœur aime-t-il voyager au-delà de toute limite ?

 

Tu me demandes, bel enfant, pourquoi j’écris des poèmes ?

Et je ris, le corps léger et l’âme translucide !

Seule l’immensité du cœur peut répondre

À ta question.

Reste assis, écoute paisiblement mes mots

Dans le calme immuable du minuit !

XV.

 

Vous tribus touareg,

Tiges odorantes de la vie dans ma mémoire amoureuse,

Je vous chanterai toutes, sans oublier aucune,

Comme la mère n’oublie aucun de ses enfants.

C’est l’intime plaisir de ma quiétude

Quand, le soir, les acacias silencieux du désert

Accompagnent les battements de mon sang :

Ait Awari de l'Azawak, au Niger austère,
Awraghan, Imididagh,
Alwalitan, Ashsharifan,
Dabbakar, Itaguane,
Daw Sahak, Idnane,
Ibarogane, Ifoghas,
Iherherane, Igdalane,
Igoran, Ihaggarane,
Ijawanjawatane, Ikanawan,
Ikazkazane, Ilabakkan,
Imalhaya, Imanghasatane…

XVI.

Ô mon cœur, repose-toi avant de dire

Tous ces noms glorieux,

Tous ces hommes et femmes,

Amis du soleil, du ciel, de l’air de feu et des sables.

Puis, ma bouche, ayant bu le triple thé,

Continue ta noble tâche,

Tisse entre les nuages et les sources,

La toile de ton Verbe :

Imannane, Imaqqarghasane,
Ikanawan, Irawalan,
Ihadanharan, Izawitan,
Lisawan de l'Ader,
Kel Aghlal, Kel Assuk,
Kel Away, Kel Faday,

XVII.

Arrête-toi, âme, respire un instant la bonté de la brise,
Et vous, mes oreilles, enivrez-vous de la clameur
Des chamelles à l’allure royale,
Qui, d’un regard liquide de tendresse, appellent
Près de leur amour les jeunes chamelons !

Puis, ayant repris courage, vêtu du velours du soleil,
Continue ton chant exaltant :

Kel Ferwan, Kel Ghala,
Kel Ansar, Kel Nan,
Kel Tadaley, Kel Tafidat,
Kel Takriza, Kel Tin Alkum,
Kel Ghat,
Taitoq, Taouary,
Teggermet,
Tellem Edes,
Udalan…

XVIII.

Ami touareg, beau comme les hauts palmier des oasis,
Donne-moi quelques gouttes de lait de chamelle,
J’ai la gorge brûlante d’émotion,
La poitrine sèche d’amour,
Ajuste sur ma tête la chèche de lin blanc,
Car aujourd’hui, j’honore
La plus belle des races d’homme sur cette Terre
Et la belle princesse Tin Hinan de la tribu des Berabers
Dans le Tafilalet, l’illustre ancêtre
De tes pères,
Elle qui est venue dans le Hoggar
En compagnie de sa douce servante Takamat.

 

Donne-moi ce lait délicieux

Que je puisse chanter aussi

La superbe Lemtoûna

Qui donna vie à tant de tribus valeureuses !

 

Je glorifie les dieux immortels des Touareg

Qui vivent dans les hauts jardins de mon âme

Et les cicatrices cuisantes de ma mémoire,

Cette vaste mer où se succèdent, s’effacent, ressurgissent

Les plus beaux mots d’amour

Et la vérité extrême !

 

Ô, mon âme, Dieu est partout

Quand on a le cœur libre !

 

XIX.

 

Ô vous, griots, musiciens de Dieu,

Venez plus près, accompagnez

De vos incantations mes paroles,

Vous, pauvres pour vous-mêmes

Et riches pour les cœurs de ceux qui vous écoutent !

 

Vous qui allez et venez sur les routes,

Frappés par le délire sacré,

Votre visage cuivré et vos yeux noirs

Brûlant dans la nuit à côté des plus brillantes des étoiles.

 

Comme sont splendides vos paroles,

Fruitées et friandes en bouche,

Sonores, ensorcelantes et longilignes !

 

Vous, fidèles vigies des errances,

Purs, désinvoltes, insoumis !

 

Vous qui comme moi savez

Que Dieu est permanente métamorphose de l’esprit,

Une unité indicible, stable, immobile et immuable,

Une pure énergie

Et une constante action !

Lui qui ne s’impose jamais,

Lui qui dit à l’homme que la vraie vie, c’est la divine poésie !

XX.

Non, je ne vous oublie pas dans mes invocations taciturnes,
Vous les hommes et les femmes qui avez tracé les frontières
Des royaumes permanents !

Je me dépêche, mes Amis,
Car la flamme de la tempe est courte,
Quand le cœur reste calme,
Le corps reste toujours frais.

Je vous chante, vous, héroïnes et héros,
Vous et la bienveillance léguée à votre postérité,
Ici et partout où le temps, pourpre et vermillon,
Susurre ses légendes :

Koceilatta, roi de Tadamakkat,
Karidanna, amenokal et fondateur de la fédération des Ioullemiden,
Ibrahim ag Abakkada, chef des Azjer,
Makhammad ag Katamay, chef des Ioullemiden Kel Denneg,
Abdurrahman Tagama, sultan d'Agadez,
Afadandan, sultan de Keita,
Moussa ag Amastan, amenokal d’Ahaggar,
El Jilani Ag Khamed Ibrahim, amenokal et imam de Tagaraygarayt,
Al Khorer l’mpétieux, chef des Ioullemiden Kel Denneg,
Fihrun ag Amansar, l’indomptable chef des Ioullemiden Kel Ataram…

Vous, héros, vous voyiez le monde en souplesse,
Sans acrimonie ni esprit de vengeance,
Vous, intimes des dieux, du jour et des ténèbres,
Vous qui saviez que les vies sont rapides à se dissiper
Et combattiez avec ardeur et impertinence salutaire
La passivité ordinaire,

Vous, hommes solaires, qui préfériez
La haute vérité et ses risques aux illusions des changeantes philosophies,
Vous qui récuriez, époussetiez, balayiez, aériez vos corps merveilleux
Pour mieux faire briller vos valeurs et vos scrupules,
Vous qui chérissiez le sentiment du sublime
Depuis votre plus tendre enfance !

XXI.

Comme vous êtes chers à mon cœur,
Amis rebelles et poètes
Qui embaumiez l’âme de l’homme
Dans un langage suave et cryptique !

Warilyess, chef des Imididaghan kel Gossi,
Guarayane Ag Oubagzane, prince des Imididaghan kel Adagh,
Amud, chef des Kel Ajjer,
Mohamed Ali ag Attaher, amenokal des Kel Ansar,
Ahna Ag Amouzar, amenokal des Imididaghan de Tessit,
Egarwaye Ag Mataly, amenokal des Imididaghane de Hawssa,
Mohamed Elmehdi ag Attaher, actuel amenokal des Kel Ansar,
Kili Kili Najim, actuel aménokal des Imaghads de l'Azawak,
Khamzata Mouhamed El Khourer, chef des Kel Nan,
Zaïnou Mohamed, patron des Kel Eghlal.

Vous, demi-dieux qui saviez

Que le temps de la création

N’est pas soluble dans le temps d’une vie humaine

Et que rien qui séduit ne peut intimider l’esprit !

 

XXII.

Il est tard ! Ma tête blanche s’incline vers le doux babil du sommeil,

Comme les oiseaux chantent pour accueillir le printemps,

J’ai glorifié le printemps des tribus touareg,

 

Ô jeunes Amis, pousses vigoureuses d’un peuple de lumière,

J’ai déjà 72 ans. Je sais, nous ne nous rencontrerons plus dans ce monde,

Je vous prie, mes splendides adolescents,

Rappelez-vous mon amour ardent

En marchant sous le chant des constellations immortelles,

En priant dans vos temples ou couchés au milieu des grottes pleines de fraîcheur,

Près des sources où vous et vos troupeaux viennent

Eteindre la braise de votre soif,

Sur les rochers aux vives arrêtes,

Sous les cascades ou près des torrents tumultueux.

 

Comme vous, amoureux de l’éternité,

J’ignorais le calendrier,

Les minutes, les heures, les mois

Et les morsures des années !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, janvier, 2012

Glose :

Genius loci : expression latine qui signifie « le génie du lieu », « l’esprit du lieu » ou « l’esprit de l’endroit ».

Huile de bourrache : la bourrache ou bourrache officinale - Borrago officinalis - est une plante annuelle de la famille des Borraginacées assez commune en Europe. À l'époque romaine, les légionnaires étaient parfois dopés avant les batailles avec un vin aromatisé aux fleurs ou aux feuilles de bourrache. Certaines populations lemko (montagnards d'Ukraine et de Pologne) utilisaient cette plante pour préparer des potions censées avoir des effets aphrodisiaques.

Huile d’onagre (onagre – n.f.) : du latin onagra. L’onagre est une belle plante qui fournit une huile précieuse riche en Omega 6. L’huile d’onagre, extraite par première pression à froid de ses graines, est reconnue pour son action sur l’arthrite et ses propriétés hydratantes. Nom scientifique Oenothera biennis L. On l’appelle aussi « l’herbe aux ânes ».

 

Opus mirandum : locution latine qui signifie « une chose à admirer », « une chose admirable »

Tin Hinan est le nom que les Touareg donnent à l'ancêtre de la tribu noble du Hoggar. On la décrit comme « une femme irrésistiblement belle, grande, au visage sans défaut, au teint clair, aux yeux immenses et ardents, au nez fin, l’ensemble évoquant à la fois la beauté et l’autorité ». Son nom veut dire en tamasheq signifie « celle qui se déplace » ou « celle qui vient de loin ».

Chèche (n.m.) : en arabe, sas. Du nom ancien de la ville de Tachkent (capitale d’Ouzbékistan), où l’on fabriquait des bonnets. Longue écharpe de coton, de 4 à 8 m, qui peut servir de coiffure (turban). Les Touareg l’enroulent sur la tête et le visage pour se protéger du soleil et du sable. Le chèche peut être de différentes couleurs, telles que le blanc, le rouge, le jaune, le vert. Le blanc est porté pour montrer un signe de respect. Le chèche indigo est fait à partir de lin. Il est porté les jours de fête. Sa teinture, souvent à base d’indigo, tend à déteindre sur la peau, donnant au Targui (singulier de Touareg) le surnom d'homme bleu. En langue tamasheq, selon les tribus, il prend aussi le nom de taguelmoust ou de litham.

Griot (n.m.), griotte (n.f.) : peut-être du portugais criado, « celui ou celle qui crée ». En Afrique, membre de la caste des poètes musiciens, dépositaires de la tradition orale.

Amenokal (n.m.) : chef traditionnel touareg élu par les sages de la tribu.   +1 publié par vous pour ce contenu Annuler

:::