Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

HAIBUN POUR UN SCRIBE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

HAIBUN POUR UN SCRIBE 

« Où trouverais-je des héros

Pour garder les quatre horizons ? »

            L’empereur Kao-Tsu des Hans

« Comme le sanglot, mon Prince, est le prélude d’un long deuil, ainsi le bouton soyeux d’une timide primevère annonce les fastes du printemps. Lourd est, mon Prince, le silence du silence !  Vous le savez, mon Prince aimé, l’âme peut se noyer dans un éclair ! »

C’est de la sorte que je parlais à mon jeune Prince quand, soudain, tournant vers moi sa tête somptueuse, il dit, en pleurant, ce petit poème qui brûle encore mon esprit :

Ô mon Ami, les mots en découvrant ce qu’ils cachent,

Dissimulent ce qu’ils découvrent.

En ouvrant ses nombreuses ailes, la Parole protège de son ombre

L’autel sacré des cœurs, des âmes et des êtres !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Glose: 

Kao-Tsu - 高祖 - (256 av. J.-C. – 195 av. J.-C.), de son vrai nom Liu Bang, est le  fondateur de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.). Simple paysan, il devint le chef de la révolte populaire contre le pouvoir tyrannique de la dynastie des Qin (221 av. J.-C. – 206 av. J.-C.). Il s’inspira du confucianisme dans l’organisation administrative de son empire. 

La citation provient d’une chanson que l’empereur Kao-Tsu composa lors d’un banquet et qu’il chanta s’accompagnant sur sa cithare.

 

 

 

Mis à jour ( Dimanche, 24 Janvier 2010 20:27 )