Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ARMENIE DES SORTILEGES (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

ARMENIE DES SORTILÈGES

A tous mes Amis arméniens

« Voici soudain qu’un beau poème se présente à mes yeux »

Tch’en Yu-yi

 

La neige sur les toits, le beau cortège des cimes,

Ô Arménie céleste, plus clair que l’alphabet

Des livres anciens et la rumeur des faits,

Je t’aime comme un poème, comme le cristal des rimes !

 

Ces blanches dentelles qu’une main éprise de la beauté

A suspendues, légère, à chaque fenêtre bleue,

Les doux géraniums, les rituels heureux,

Et le murmure magique et somptueux du thé !

 

Comme tout cela m’est cher, comme tout cela m’est proche,

Au milieu du flot flamboyant du temps

Et les chansons antiques qui font trembler le sang

 

Accompagnées du son délicieux des cloches !

Ô tendre Arménie vêtue de perce-neige,

Mon songe perpétuel, mon âme, mon sortilège !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce vendredi 13 janvier, Anno Domini MMXII

 

Glose :

Tchen Yu-yi (1090-1138) : poète chinois de l’époque de la dynastie des Song (960-1279).

 

Cortège (n.m.) : de l’italien corteggio, lui-même du verbe corteggiare. Suite de personnes qui en accompagnent une autre pour lui faire honneur dans une cérémonie (escorte, suite). Groupe organisé qui avance (défilé, procession).

 

Sortilège (n.m.) : du latin sortilegus, « qui lit le sort », « devin ». Artifice de sorcier. Charme, incantation, sort. Action, influence qui semble magique.

 

 

ARMENIE DES SORTILÈGES

A tous mes Amis arméniens

« Voici soudain qu’un beau poème se présente à mes yeux »

Tch’en Yu-yi

 

La neige sur les toits, le beau cortège des cimes,

Ô Arménie céleste, plus clair que l’alphabet

Des livres anciens et la rumeur des faits,

Je t’aime comme un poème, comme le cristal des rimes !

 

Ces blanches dentelles qu’une main éprise de la beauté

A suspendues, légère, à chaque fenêtre bleue,

Les doux géraniums, les rituels heureux,

Et le murmure magique et somptueux du thé !

 

Comme tout cela m’est cher, comme tout cela m’est proche,

Au milieu du flot flamboyant du temps

Et les chansons antiques qui font trembler le sang

 

Accompagnées du son délicieux des cloches !

Ô tendre Arménie vêtue de perce-neige,

Mon songe perpétuel, mon âme, mon sortilège !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce vendredi 13 janvier, Anno Domini MMXII

 

Glose :

Tchen Yu-yi (1090-1138) : poète chinois de l’époque de la dynastie des Song (960-1279).

 

Cortège (n.m.) : de l’italien corteggio, lui-même du verbe corteggiare. Suite de personnes qui en accompagnent une autre pour lui faire honneur dans une cérémonie (escorte, suite). Groupe organisé qui avance (défilé, procession).

 

Sortilège (n.m.) : du latin sortilegus, « qui lit le sort », « devin ». Artifice de sorcier. Charme, incantation, sort. Action, influence qui semble magique.

 

English :

Armenia Casts Its Spell

To all my Armenian friends

Suddenly a fine poem comes before me.’

Chen Yuyi (1090-1138)

 

Snow on the roofs, the beautiful procession of mountain tops,

O celestial Armenia, brighter than the alphabet

of ancient books and the distant rumour of facts,

I love you like a poem, like a crystal rhyme!

 

The white lace curtains hands in love with beauty

have hung lightly in every blue window,

the sweet geraniums, the joyful rituals,

and the magic sumptuous murmur of tea!

 

How dear all of this is to me, how near,

in the midst of the blazing tide of time

and the ancient songs that make shivers in the blood

 

accompanied by the delightful sound of bells!

O tender Armenia clad in snowdrops,

my everlasting dream, my soul, my magic spell!

 

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Mardi, 17 Janvier 2017 16:27 )