Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

TELEMANN (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

TELEMANN

A Hadrien

Nous dormions bercés par les élans du sang,

Et Telemann frôlait nos faces de sa musique,

L’été couchait sur nous son élégance dorique

Et tout était splendide comme les poèmes du vent.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 décembre 2011

 

En écoutant la Fantaisie de Telemann.

 

Glose :

Georg Philipp Telemann (14 mars 1681 à Magdebourg – 25 juin 1767 à Hambourg) : le plus célèbre compositeur allemand de l’âge baroque. Par les impulsions novatrices qu'il a données tant à l'art de la composition qu'à la sensibilité musicale, il a puissamment marqué la musique de la première moitié du XVIIIe siècle.

Dorique (adj.) : l'ordre dorique est le plus simple, le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leurs chapiteaux à échine plate (nue, sans décors), par leur fût orné de 20 cannelures et par l'absence de base (pour le dorique grec) ; la frise dorique se caractérise par ses triglyphes et ses métopes.

L'ordre dorique est aussi le plus ancien des ordres grecs (il apparaît durant la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C.). L’architecte romain Vitruve (Marcus Vitruvius Pollio – premier siècle av. J.-C.) attribue son invention à Dorus (Doros) fils d’Hellénos (Hellen), l’ancêtre des Hellènes (les Grecs) et de la nymphe Orséis. Il reçoit de son père toute la région qui fait face au Péloponnèse, et dont les habitants sont appelés Doriens d'après son nom. Ceux qui l'employèrent les premiers « mesurèrent, dit Vitruve, le pied d'un homme, et, trouvant qu'il était la sixième partie de la hauteur du corps, ils appliquèrent à leurs colonnes cette proportion : quel que fût le diamètre de la colonne à son pied, ils donnèrent à la tige, y compris le chapiteau, une hauteur égale à six fois ce diamètre ».

Les ordres, en architecture, déterminent les proportions, les formes et l'ornementation de toute partie construite en élévation (en particulier des colonnes, sans que leur présence soit impérative, des pilastres, des supports, des entablements). Les Grecs n'en reconnaissaient que trois : l’ordre dorique, l’ordre ionique et l’ordre corinthien. Les Romains en ont ajouté deux : l’ordre toscan et l’ordre composite.