Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

STABAT MATER (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

STABAT MATER

 

« Stabat Mater dolorosa

uxta cruce lacrimosa

dum pendebat Filius »

En écoutant la crucifiante musique de Stabat Mater de Pergolèse

I.

La douleur mauve

Et pleine de murmures,

Le langage cru, fleuri,

Abrupt du ciel

Et la douloureuse  mélodie

Du poignant silence !

 

Mère, je saigne,

Et mon âme, vêtue d’inédite  neige,

Admire, émerveillée, éblouie, fascinée,

Les gestes impénétrablement diaphanes

De ta inépuisable miséricorde !

 

Ô mon cœur enivré, englouti, consumé

Par les abîmes du tombeau !

 

II.

 

Le temps blessé, avec ses ailes de peine,

Trace de ses mots précis

Les lignes

De la perfection absolue !

 

Âme, que fais-tu

De la captation de la grâce,

Des dons exigeants de l’amour,

Des arômes de bonté,

Âme ?

 

Je t’offre, Mère éplorée,

Toute la tendresse orange

Du jour, les sources bleues de mes mains,

Les eaux envoûtées de mes larmes.

 

III.

Bientôt la vague inaltérée

De la nuit.

Tremblant de douleur,

Rempli d’amour,

J’écoute

L’ondoyante spiritualité des collines,

Les enluminures des arbres faites du bleu du ciel

Et de la mauve clarté

Des premières vivantes étoiles !

 

Mère,

Comme je veux vénérer, Mère,

La transparence navrée de ta face,

Les richesses infaillibles

De ton inépuisable beauté !

 

Je veux tomber à genoux, Mère,

Te tendre le livre modeste de ma vie !

 

Et, ouvert à la grâce,

Me proposer à toi ? Mère des sept plaies

Et à ton fils,

Mon Dieu, mon impensable Seigneur et Sauveur !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce jeudi 17 novembre, l’An de Grâce MMXI

 

Glose :

Jean-Baptiste Pergolèse (Giovanni Battista Pergolesi en italien), né le  4 janvier 1710 à Jesi, dans la province d’Ancône. Mort le 17 mars 1736 à Pouzzoles près de Naples. C’est un des plus délicats compositeurs italiens du XVIIIe siècle.

Son nom lui vient de la ville de Pergola, d’où sa famille était originaire. Enfant très doué, il fut envoyé dès l’âge de douze ans au célèbre conservatoire des Poveri di Gesù Cristo à Naples. Il l’élève de plusieurs professeurs réputés et exigeants dont le célèbre compositeur de musique baroque Francesco Durante (1684-1755). Pergolèse y reçoit une solide formation musicale centrée sur l’apprentissage de la beauté et des difficultés de l’opéra napolitain et de la polyphonie religieuse.