Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LA GENEALOGIE INFINIE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

LA GÉNÉALOGIE INFINIE

 

A Ali

 

« Qu’importe si je suis triste ou irrité,

Qu’importe si je ne peux rendre plus ferme ma consolation »

 

            Moukagali Moukataev

 

Viens, mon Ami,

Rapporte le jardin dans la maison,

Pose sa fraîcheur sur l’autel de nos ancêtres !

 

Comme moi, tu sais

Que le temps rajeunit

Par l’odeur des narcisses.

 

Assis devant le ciel

Du soir hautement circassien,

Nous parlerons

De ces petits riens

Qui nous unissent

Et nous rendent égaux

A l’éternité.

 

Puis, nous irons planter

Nos bâtons de pèlerin

Dans le sol natal de nos pères

Et il refleurira,

Touché par la lumière

De notre limpide piété

Et la grâce des dieux

Qui aiment

La fidélité

Des cœurs purs.

 

D’autres viendront après nous,

Ils seront à nous,

A nos généalogies infinies,

Là-bas, ici, ailleurs…

 

Oui, à nous !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 28 septembre 2011

 

Glose :

 

Moukatali Moukataev Mukagali Makataev, un des plus grands noms de la littérature kazakhe, est né le 9 février 1931 dans le village de Karassaze, situé au pied de la majestueuse montagne Khan-Tengri qui culmine à 7 010 mètres d'altitude. Elle fait partie du massif du Tian Shan. Son village natal est situé  dans la fertile région d’Alma-Ata (aujourd’hui Almaty), Kazakhstan, alors République Socialiste Soviétique du Kazakhstan, une des 15 républiques qui composaient anciennement l’URSS. Il meurt le 27 mars 1976 à Alma-Ata. Mukagali Makataev  termine ses études supérieures à Moscou, dans le célèbre Institut de littérature et de création littéraire Maxime Gorki.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : La Vie est une légende, La Vie est un fleuve, Requiem pour Mozart, Poèmes, etc. Beaucoup de ses poésies sont mises en musique par mon ami, le célèbre compositeur kazakh, Tolegen Moukhamejanov. Elles sont devenues de véritables chansons populaires connues par tous les Kazakhstanais.

Makataev traduit en kazakh les grands classiques russes, les œuvres de Walt Whitman,  La Divine Comédie de Dante.

Son nom est aussi célèbre que celui du patriarche de la littérature kazakhe, Abaï Kunanbaïouli (1845-1904) et d’un autre géant des lettres kazakhes, Moukhtar Aouezov (1897-1961).

Makataev est lauréat du Prix d’Etat du Kazakhstan.

Aimé par la jeunesse, il est devenu le poète le plus populaire du pays.

Cette année 2011, le Kazakhstan fête solennellement les 80 ans de sa naissance.