Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

SIX PETITS POEMES ROUTINIERS (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

SIX PETITS POEMES  ROUTINIERS 

« Il n’y avait point de bruit pareils dans mon jardin d’autrefois » 

            Na-lan Sing-tö

 

I.

 

Ta voix est pleine de pétales

De magnolia,

Des vers luisants illuminent

Le calme léger de la nuit

Puisse leur brasier

Réchauffer les mots

De mon poème.

 

II.

 

Tu chantes

Pieds-nus sur la rosée

Frissonnant de fraîcheur,

 

Le moineau accompagne ta joie

Le cœur accroché à une

Tige de verveine.

 

Il y a tant d’herbes

Qui ne dorment pas la nuit.

 

III.

 

Va, pars

Et n’oublie pas de prendre pour guide

Sur les routes du monde

La nostalgie

De ton pays.

 

IV.

 

T’embrasser,

Te dire des mots

Purs comme le matin,

Appuyer mon cœur contre ton cœur

Sous les branches

D’un arbre

Dont nous ignorons la langue.

 

V.

 

Tu dors, Radko*, mon Ami,

Sous le balancement parfumé

Des glycines,

Le chant des abeilles

Sur ta tombe,

Une poignée du temps éternel

Dans tes mains apaisées.

 

 

*Radko Radkov (1940-2009) : le plus grand poète bulgare du XXe siècle.

 

 

VI.

 

Rends-moi le souffle

De ma divine Thrace,

Pour que ses parfums

De menthes sauvages et de jeunes vignes

Illuminent de leur clarté

Les rides rigides

De ma peau.

 

Rends-moi

Ma ville natale

Afin que mon âme grandisse

Parmi les mots

Comme grandit en chantant

L’aube de l’été !

 

Paris, le 15 janvier 2011-01-14

 

Glose :

 

Na-lan Sing-tö ou Na-lan Jong-jo (1655-1685) : poète mandchou, de son vrai nom Nara Gengde, fils d’un noble du clan de Nara qui fut un des premiers hauts fonctionnaires mandchous en Chine et fit élever son fils dans la culture chinoise. Licencié à dix-sept ans, docteur à vingt et un, officier de la garde impériale, ce pur Mandchou passe pour le plus grand auteur de ts’eu de la dynastie des Ts’ing. La brièveté de sa vie et le caractère passionné de ses vers l’ont fait comparé à Keats