Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LE VERTIGE DU LABYRINTHE (français / russe)

PDF
Imprimer
Envoyer

LE VERTIGE DU LABYRINTHE

« Qui n’aime ne vit pas, qui vit
De la Vie ne peut mourir »

         Raymond Lulle

 

Non, je ne veux pas oublier

Ce que je suis en train de nommer

Au risque de charger au-delà du soutenable

Ma sereine mémoire.

 

Je veux me rappeler,

Oui, je veux garder en moi

Tous les détails de ce matin pur,

Sa lumière, ses nuances claires et distinctes,

Les murmures poly-hymniques

Des tendres feuilles des tilleuls !

 

Je veux que toutes les splendeurs de l’été

Se mêlent au chant de mon sang,

Vibrent,  tressaillent, frissonnent

Et édifient les palais de mes pensées.

 

Je veux que vivent, persistent,

S’impriment en moi à toujours

Tous les frêles, rapides, inquiets, gracieux

Mouvements des petits moineaux

Venus picorer quelques graines

Dans mon humble jardin.

 

Je veux que les lettres

De mes poèmes deviennent images

Et les images – des lettres

Afin que je reste à jamais

Le maître cérémonieux

De l’invisible !

 

Je veux connaître, lire, boire,

Faire miens

Tous les infimes détails

Du Livre quotidien

Que l’Ange, mon éternel ami,

Ecrit sur moi.

 

Non, mon Ami,

Je refuse d’apprendre

L’Ars oblivionis

Des doctes grammairiens !  

 

Je refuse les couronnes

De choses

Défleuries,

La blancheur des linceuls

Jetés sur le haut savoir !

 

J’aime les immortelles lueurs

Des poèmes immarcescibles,

L’Arbre scintillant de Porphyre,

Le Vertige des Labyrinthes,

Où chacun de mes mots,

Chacune de mes larmes

Se lient, en chantant,

Aux mots, aux larmes de tous

Les cœurs qui montent

Vers la céleste Mémoire

Des dieux

Depuis

Le premier cri

De l’éternité ! 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 28 décembre 2010

Glose :

Raymond Lulle (Ramon Llull en catalan), né vers 1232 à Majorque, mort en 1316 : philosophe, poète, théologien, apologiste chrétien et romancier. Béatifié par Pie XII en 1419, il est fêté localement le 29 mars.

Lulle est considéré comme l'un des inventeurs du catalan littéraire et l'un des premiers homme de lettres à utiliser une langue néo-latine pour exprimer ses connaissances philosophiques, scientifiques et techniques. On lui attribue l'invention de la rose des vents et du nocturlabe (cadran aux étoiles utilisé par les navigateurs du XVIe au XVIIIe siècle pour déterminer l'heure locale la nuit, calculer le moment de la marée haute et mesurer la latitude.

Bien que lui-même méprisât l'alchimie, un vaste Corpus de textes alchimiques fut écrit sous son nom à partir du XIVe siècle.

Il fut connu en son temps sous les noms de « Arabicus Christianus » (l'« Arabe chrétien »), de « Doctor Inspiratus » (« Docteur inspiré »), « Doctor Illuminatus » (« Docteur illuminé »). Lulle est l'une des figures les plus importantes du Moyen Âge en théologie et en littérature. Il laissa une œuvre immense et variée, écrite en catalan, mais aussi en arabe et en latin.

Certains de ces travaux sont à la base de méthodes d'élections redécouvertes au XVIIIe siècle par Condorcet.

Il naquit en 1232 ou 1233 à Palma de Majorque, capitale du royaume que le roi Jacques Ier d'Aragon venait de conquérir et d'annexer, avec l'ensemble des îles Baléares, à la couronne d'Aragon. Raymond  (Ramon) appartenait à la noblesse catalane, venue de Montpellier et qui accompagna le roi Jacques Ier sur sa galère royale lors de la conquête de Majorque. Ses parents étaient Ramon Amat Llull et Isabel d'Erill. Il épousa en 1257 Blanca Picany qui lui donna deux enfants : Domingo et Magdalena.

Il devint très jeune le page du second fils du roi et fut initié aux arts de la guerre. Rapidement les nobles prirent conscience de son intelligence. Il fut nommé précepteur de l'infant Jacques, premier fils du roi Jacques Ier d'Aragon et futur roi de Majorque. Son ascension à la cour fut rapide. Il devint successivement sénéchal et majordome du futur roi Jacques II de Majorque.

Durant les années passées à la cour, il mena une vie mondaine, joyeuse, voire luxueuse et ostentatoire. On lui connut plusieurs amours dont certaines étaient clairement adultères.

À la cour du roi, à Perpignan, il composa le Llibre de la cavalleria, traité des devoirs du parfait chevalier. Il écrivit également des chansons d'amour destinées à être chantées par des troubadours.

Vers 1267, pour ses 30 ans, Raymond affirme avoir eu durant cinq nuits consécutives des visions du Christ en croix. Les impressions profondes provoquées par ces visions eurent pour conséquence de lui faire vendre ses biens et ses propriétés,  abandonner sa famille pour se dédier au prêche sur les chemins.

Enfin, il se retira dans un couvent de Monte Randa (Majorque) où il se dédia à la contemplation. Il fut admis comme laïque au monastère cistercien de La Real, où les moines lui apprirent le latin, la grammaire et la philosophie chrétienne et islamique.

 

Ars oblivionis : la science (l’art) d’oublier qui permet à la mémoire de se débarrasser du savoir inutile. Expression latine forgée par Cicéron.

L’Arbre de Porphyre (en latin Arbor porphyriana) est une ontologie structurée en arborescences hiérarchiques, inventée par le philosophe néoplatonicien Porphyre au IIIe siècle, et dont la logique de construction correspond à trois rangée ou colonnes de mots : la rangée du milieu contient les séries du genre et de l'espèce, et forment l'analogue d'un tronc. Les rangées de gauche et de droite contiennent les différences, et sont analogues aux branches d'un arbre. Ce système de classification permet de subordonner les genres et les espèces sous des genres supérieurs, afin de classifier les espèces réelles, par exemple les espèces animales.

 

RUSSE :

Головокружение лабиринта

«Кто не любит, тот не живёт, кто живёт
Жизнью, не может умереть»

          Рэймон Люлль

 

Нет, не хочу забыть

То, чему я название ищу,

Рискуя сверх разумной меры

Спокойную доселе память переполнить.

 

Желаю вспомнить,

Да, желаю сохранить,

Запомнить каждую деталь и свежесть утра,

Его свет, отчётливые, чистые оттенки,

Многоголосый шум

И трепет тополя листвы!

 

Хочу, чтоб торжествующие краски лета

Смешались с пением моей крови,

Вибрировали, содрогались, трепетали,

И моих мыслей строили дворцы.

 

Хочу, чтоб жили, утверждались,

Навечно оставались бы во мне

Все лёгкие, быстрые, беспокойные и грациозные

Движения воробушков,

Слетевшихся поклевать зёрнышек

В моём скромном саду.

 

Хочу, чтоб буквы

Моих стихов превратились в образы,

А образы – в буквы,

Чтобы я навсегда остался

Церемониймейстером

Невидимого!

 

Хочу познавать, читать, впитывать,

Усваивать,

Мельчайшие подробности

Дневника,

Который ведёт обо мне Ангел,

Мой вечный друг,

 

Нет, друг мой,

Я отказываюсь изучать

Ars oblivionis

Грамматических догм!

 

Не хочу венков

С увядшими

Цветами,

Белизны саванов,

Наброшенных на высокие знания!

 

Люблю неугасимый свет

Стихов нетленных,

Сверкающее дерево порфиры,

И лабиринтов головокруженье,

Где слово каждое моё,

И каждая слезинка

Сливаются в едином хоре

С потоком общих слов и слёз

Бесчисленных сердец,

Которые восходят

К небесной Памяти

Богов

С тех пор, как вечности

Раздался первый крик!

 

            Атанас Ванчев де Траси

Париж, 28 декабря 2010

Примечания :

Рэймон Люлль, родился около 1232 года на Майорке, умер в 1316. Философ, поэт, теолог, христианский апологист и романист. Канонизирован Пием XII в 1419 году. Отмечается на местном уровне 29 марта.

Ars oblivionis: наука (искусство) забвения, позволяющая освобождать память от бесполезных знаний. Латинское выражение, закреплённое Цицероном.

Древо Порфиры: (по латыни Arbor porphyriana) онтология, построенная по образу дерева, придуманная неоплатоническим философом Порфиром в III веке. Слова в этом построении располагаются в три колонки, соответствующие жанру, виду и отличиям ; всё вместе напоминает дерево.

 Traduit en russe par Victor Martynov

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mis à jour ( Dimanche, 11 Septembre 2011 15:43 )