Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LA FLEUR D'OR D4HIMALAYA (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

LA FLEUR D’OR D’HIMALAYA

       (GOLDEN CHAMPA)

Ton visage, mon amour, est beau et rayonnant

Comme la fleur d’or d’Himalaya,

Gouttes de lumière

Sur la blancheur de la neige.

 

Comme ton cœur, ma bien-aimée,

Il suit la course amicale du soleil

Et souris à l’azur du matin.

 

Héraldique comme les visages de Cimabue,

Mon amour,

Plus paisible

Que le doux engourdissement de ma peine,

Plus solennel

Que la léthargie printanière du ciel !

 

Ô mon amour,

Tourne ton regard de pervenche vers moi,

Remplis l’air de la musique

De ton sourire,

Car je ne vis pas pour mourir,

Mon amour,

Mais pour être à toi

Aujourd’hui

Et pour toujours ! 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, septembre 2010

Glose :

La fleur d’or d’Himalaya (Golden champa) -  Magnolia champaca – (n.f.) : c'est au Ladakh, aux confins de l'Himalaya indien, que l'ethno- botaniste Xavier Ormancey a déniché cette fleur dorée, à 3000 mètres d'altitude. La fleur orne un arbre majestueux qui résiste aux conditions climatiques les plus extrêmes. Elle est héliotrope et a développé de nombreux métabolites secondaires, composés qui servent à sa protection. Ils sont détoxifiants et énergisants. Les fleurs sont distillées sur place et le nectar recueilli est expédié dans les laboratoires de cosmétiques qui en extrait, par un procédé de défragmentation, les précieuses molécules. Sur la peau, elles ont pour effet d'éliminer les toxines qui participent au vieillissement cutané, et de stimuler les enzymes réparatrices.

Cimabue - Cenni di Pepo dit Giovanni Cimabue (v. 1240 – v. 1302) : peintre italien de la pré-Renaissance. Cimabue assure le renouvellement de la peinture byzantine en rompant avec son formalisme et en introduisant des éléments de l’art gothique, tels que le réalisme des expressions des personnages. De ce point de vue il peut être considéré comme l'initiateur d'un traitement plus réaliste des sujets traditionnels, ce qui en fait le précurseur du réalisme de la Renaissance florentine. Il découvre, dans le Mugello, un pâtre accompagnant ses chèvres, remarquable par ses dessins sur des pierres, se nommant Giotto, qui deviendra son élève ainsi que Duccio.   

Si Vasari le cite dans ses Les vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes et invoque en lui la cause initiale du renouvellement de la peinture, Dante, au chant XI du Purgatoire, dit de lui « Il avait cru tenir le champ, et maintenant Giotto a la faveur » (évoquant le changement des générations). On peut ainsi dire qu'il assure la transition entre deux époques et deux manières de voir.