Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LA PASSIFLORE -FLEUR DU CHRIST

PDF
Imprimer
Envoyer

LA PASSIFLORE - FLEUR DU CHRIST

Passiflore, toi, fleur aimée,

Beauté spectaculaire,

Image vivante

De la Passion du Christ :

 

Ta couronne hérissée

N’est-elle pas

La couronne d’épines du Seigneur,

Tes cinq étamines - ses plaies,

Tes trois stigmates – les trois clous froids

Qui fixaient son beau corps

A la Croix rédemptrice ?

 

Arômes, sons, couleurs,

Apothéose à travers le ciel,

Mon cœur en flammes !

 

Ah, d’une si grande,

D’une si impassible simplicité

Est le jour !

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, août 2010

Glose :

Passiflore – Passiflora – (n.f.) : genre de plantes, les passiflores. Il en existe plus de 530 espèces de cette fleur appartenant à la famille des Passifloracées. Ce sont des plantes grimpantes aux fleurs spectaculaires.

Elles tirent leur nom du fait que les missionnaires jésuites d'Amérique du Sud se servaient, pour représenter la Passion du Christ auprès des indigènes, de la fleur de cette liane : son pistil, les dessins de sa corolle et diverses pièces florales ressembleraient à une couronne d'épines, au marteau et aux clous de la Crucifixion.

Les parties aériennes de la passiflore officinale (Passiflora incarnata) sont connues en phytothérapie pour leur action anxiolytique et sédative. La grenadille (Passiflora edulis) donne un fruit comestible à la saveur acidulée (le fruit de la passion) qui entre dans la composition de sorbets, de jus ou de coulis. Et la passiflore bleue (Passiflora caerulea) est la passiflore ornementale la plus cultivée en France métropolitaine.

Un peu d’histoire :

Les passiflores étaient inconnues des Européens avant la découverte de l'Amérique par les Espagnols.

La première mention littéraire d'une passiflore se trouve dans la description de la ville de Cali en Colombie donnée par Pedro Cieza de Leon en 1533 où il mentionne les fruits de granadilla (petites grenades) dans les vergers aux alentours de la ville.

Une vingtaine d'années plus tard, on trouve une description plus élaborée des passiflores dans l'ouvrage du médecin botaniste espagnol Nicolas Monardes publié en 1569-1574. Il fut probablement aussi le premier à employer le terme religieux de flos de passionis « fleur de la passion » pour la désigner, car la fleur était selon lui, « précisément faite pour représenter la Passion du Christ ». Monardes, né à Séville en 1493, n'est jamais allé en Amérique mais grâce à ses informateurs et aux échantillons de plantes qu'on lui ramenait des Indes Occidentales,  il put donner dans son ouvrage Historia Medicinal... des descriptions détaillées et relativement objectives de la passiflore, du tabac et de la coca.

Le terme même de Passiflora fut créé par Federigo Cesi, le fondateur de l'Accademia dei Lincei, dans une publication datée 1628 et publiée en 1651.

Avant Linné, seuls quelques botanistes comme Francisco Hernandez, Leonard Pluckenet, Charles Plumier et Tournefort ont décrit diverses espèces de passiflores. La première monographie du genre Passiflora est l'œuvre de Johan Gustav Hallman, un élève de Linné. Dans une présentation remarquablement moderne, il décrit 22 espèces, donne leurs synonymes, l'utilisation qu'en font les indigènes, ainsi qu'une classification et leur distribution.

En 1753, point de départ conventionnel de la taxinomie moderne, Linné, dans Species Plantarum, crée le genre Passiflora et donne une description de 24 espèces, en reprenant les travaux de Hallman, nombre porté ensuite à 35 par Lamarck en 1789 puis à 43 par Cavanilles en 1790. L'étape suivante fut la création de la famille des Passifloraceae et la description de 15 espèces supplémentaires, par Antoine-Laurent de Jussieu (1805).

Au XIXe et XXe siècle, les plus grands contributeurs au progrès de la connaissance des passiflores furent de Candolle (1828), Roemer (1846) puis Maxwell Tyndell Masters (1871), Hermann A. T. Harms (1893) et Ellsworth P. Killip (1938).

Mis à jour ( Lundi, 13 Septembre 2010 12:28 )