Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LA MORT DE TANTE PENELOPE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

LA MORT DE TANTE PENELOPE 

Peu à peu tombent les feuilles

Du généreux abricotier

Devant ta maison, ma tante aimée !

 

Lentement se détache des arbres

Le voile bleu du vent frissonnant où,

Dans une divine innocence,

Dorment encore

Sèves lactescentes et oiseaux.

 

La dense fraîcheur

De ta chambre ultime

Rend plus lacérante

La douleur du départ.

 

Tante, tu as vécu loin de la vie,

Tu es morte loin de la mort !

 

La minuscule veilleuse

Au-dessus de ta tête,

En versant sa quiète lumière,

Ferme à mon cœur

Le gris labyrinthe du désespoir !

 

Tante, l’ange de la douceur

Est venu chercher

Ton âme blanche !

 

Tante !...

 

   Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 18 janvier, le jour de la Saint-Athanase, 2010

 

Je dédie ce poème à la sœur aimée de ma mère, Pénélope (Pena pour les intimes) Russinoff. Tante Pénélope à la voix angélique et aux innombrables chansons populaires ! Tante, toi qui, pour nous consoler de nos malheurs d’enfants, nous servait, dans des petites assiettes en porcelaine, l’inoubliable miel de ta propriété en nous contant des histoires pleines de merveilles.

 

Glose :

Pénélope : prénom, du grec πήνη / péné, « fil du tisserand », « trame », « tissu » et λοπός / lopos, « pelure de fruit », peau des animaux qui muent. Dans la mythologie, Pénélope est l'épouse d'Ulysse
Elle attendit pendant vingt ans son retour de Troie et refusa tous les prétendants qui s'offraient pour le remplacer. Elle avait promis de se remarier lorsqu'elle aurait terminé la grande tapisserie qu'elle brodait.
Mais, elle défaisait la nuit le travail de la journée et Ulysse revint. Elle est le symbole de la fidélité
Les "Pénélope" se fêtent le jour de la sainte Nymphe, martyre du IVème siècle, en Asie Mineure

Lactescent, e (adj.) : du latin lactescens. Qui contient un suc laiteux. Qui ressemble à du lait. D’un blanc de lait.

Labyrinthe (n.m.) : grec λαβύρινθος / laburinthos. Enclos enfermant des bois coupés par un réseau inextricable de sentiers, des bâtiments, des galeries aménagées de telle sorte qu’une fois engagé à l’intérieur, on ne peut que très difficilement en trouver l’unique issue.

Mis à jour ( Jeudi, 21 Janvier 2010 15:18 )