Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <     Synaxaire     >  suivant

 


©Wim Wenders - Les Ailes du désir

English Version

 

« Martyrs bienheureux, embrasés d’amour pour le Christ,
 vous le chantiez dans les flammes du brasier
comme si vous traversiez une fraîche rosée »

 

            Triode de Carême

 

Ces mots qui sentent les jardins fleuris,
Mots emplis de douceur,
Mots qui sonnent paisiblement
Dans la pénombre du cœur !

 

Mot qui vont du sang à l’amour
De l’amour au sang
Pour être la source de la vie,
Le temps calme, joyeux, tendre et libre !

 

Mots myrophores, bien mûrs,
Lumineux, odorants, irisés !
Dès qu’elle les dit,
L’âme survit à toute solitude.

 

Un vent à peine né,
Un clapotis, vite
Un sourd étonnement !

 

Hymnes qui exaltent les saints :
Champs ondoyants ou fleurissent
Tous les mots de la terre : lys, jacinthe,
Perce-neige, campanules, violette !

 

Portes secrètes,
Maintenant !

 

Vous, mots qui déposez
Sur ma bouche frémissante
Le faix léger, le poids parfumé
De la douloureuse lumière !

 

Soudainement !
Flocons d’aube,
Sans habits,
Au-dedans !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce samedi 6 novembre, Anno Domini MMIV

 

Glose :

 

Synaxaire (n.m.) : du grec sunaksis, « action de joindre, liaison, union » ou encore «collection, groupe ». Le Synaxaire est une étude de la vie des saints. Cette étude n’est pas une simple prise de connaissance ; elle constitue notre participation à leur vie et à leur conduite. Le Synaxaire est une visite rendue aux saints, une connaissance mystique, l’acquisition d’une expérience de vie dans la nouveauté, un accès à la sainteté.

 

Triode (n.m.) : du grec tri-odos, « place commune où trois route aboutissent, carrefour, lieu de réunion  » :

 

1. Livre qui contient les offices du Grand Carême. Le Triode de Carême comprend toute la période du Grand Carême (qui précède Pâques) ainsi que les dimanches du précarême. Cette période de préparation composée de 10 semaines est appelée temps du Triode. Elle commence avec le Dimanche du Publicain et du Pharisien. Le Triode de Carême contient les riches trésors de l’hymnographie chrétienne. Ces hymnes et prières reprennent les thèmes de repentance, de rémission, de jeûne, de renouveau et de joie. La période du Triode est tout un cheminement vers Pâques, un pèlerinage spirituel, un temps de purification, une affirmation de notre libération du pouvoir du péché et des valeurs matérielles.   

 

2. Triode Pascal ou Pentacostaire : Livre qui contient les Offices pendant la période qui suit Pâques jusqu’à la Pentecôte et le dimanche suivant.

 

Myrophore (adj.) : du grec muron, « parfum liquide » et du verbe phoreo, « porter ». Qui porte du parfum liquide. Des mots qui portent (apportent) du parfum liquide au Christ comme le firent autrefois les saintes femmes des Evangiles : sainte Marie-Madeleine, sainte Jeanne, la femme de l’intendant du roi Hérode, sainte Marie de Salomé, la femme de Zébédée et la mère
de saint Jacques le Majeur et de saint Jean l’Evangéliste. Elles portes des fioles, des pots d’onguent ou des burettes.

Fiole (n.f.) : du grec phialê. Petite bouteille de verre à col étroit utilisée spécialement en pharmacie. Burette (n.f.) : flacon destiné à contenir les saintes huiles, ou l’eau et le vin de la messe. Petit flacon à goulot. Récipient à tubulure pour verser un liquide goutte à goutte.