Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

Sublime perfection

 

Calligraphie du Maître Teruyuki Okazaki

Version Anglaise
Version Russe

Unis, pensées et corps, ciel et sol unis !
Au plus haut de l’été le cœur est corde et harpe
Que le silence recouvre de la sublime écharpe
De son poème suave et frais comme un fruit !

Athanase Vantchev de Thracy

Z. a appris le karaté dans un dojo-kun.

Glose:
Dojo-kun (dojokun) : mot japonais. Le dojokun, créé en juin 2000 par les professeurs Gérard Guerrero et Nathalie Trégoat Reynaud, est un lieu de d'enseignement et de pratique de l’art martial connu sous le nom de karaté (karaté-do). Au dojokun, la décoration est sobre. Elle inspire calme et sérénité. Après six années d'existence, le dojokun est fort d'une centaine de licenciés. Des cours spécifiques ont été mis en place afin de s'adapter au niveau et à l'âge de chacun. Cette méthode a fait ses preuves, puisque plus d'une quinzaine de ceintures noires sont issues de ces cours. Les 5 règle du dojo-kun sont :

Hitotsu Jinkaku Kansei Ni Tsutomuru Koto.

Toujours faire preuve d'un bon caractère et d'une bonne attitude.
Hitotsu Makoto no Michi-mamoru Koto.
Toujours faire preuve d'humilité et d'honnêteté.
Hitotsu Doryoki No Seishin-Yashinau Koto.
Toujours faire preuve d'intensité et de persévérance.
Hitotsu Reigi-Omonzuru Koto.
Toujours faire preuve de respect et de loyauté.
Hitotsu Kekki No Yu-Imashimuru Koto.
Toujours éviter les situations violentes et les confrontations.
Karaté ou karaté-do : mot japonais : kara, « vide » et te, « main ». Cet art martial recourt principalement aux coups de poing et de pied ainsi qu'à leurs parades, mais aussi à des techniques de saisie et de projection. L'entraînement consiste en une répétition d'enchaînements techniques codifiés (kata).
Le karaté provient d'un art de combat chinois, élaboré et développé par les habitants d'Okinawa, une île située à l'extrême sud du Japon. Cette île, autrefois Royaume de
Ryukyu, versait un tribut à la Chine depuis le XIVe siècle. Un village chinois fut fondé près de Naha, le port principal de l'île. Du XVIIe au XIXe siècle, l'île vécut sous la double domination de la Chine et du Japon, représentée par la seigneurie de
Satsuma (sud de Kyushu), qui interdisait la possession d'armes.
Les arts martiaux chinois sont d'abord transmis à quelques nobles du royaume qui en font une tradition familiale. Peu à peu, ces arts ont été diffusés dans les autres couches sociales. Les habitants d'Okinawa apprenaient certaines autres techniques de combat lors de leurs voyages commerciaux en Chine. C'est ainsi qu'ils élaborèrent un art du combat adapté à leur mode de vie. Plusieurs années après le rattachement
d'Okinawa au Japon, en 1879, quelques maîtres de l'art martial d'Okinawa, alors appelé tode (main chinoise) ou simplement te (main), s'efforcèrent de diffuser la karaté dans l'ensemble du Japon.