Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <   Des saintes et des roses     >  suivant

 

English version

    

Aux deux saintes aux roses, Germaine Cousin de Pibrac
et Roseline de Villeneuve.

 

« Au pauvre également fais des largesses,
       pour que ta bénédiction soit parfaite,
Que ta générosité touche tous les vivants,
     même aux morts ne refuse pas ta piété.
Ne te détourne pas de ceux qui pleurent,
     afflige-toi avec les affligés. »

 

            L’Ecclésiastique, VII, 32-34

 

Des fleurs, partout des fleurs, des fleurs de lumière,
Des fleurs dans l’air léger, des fleurs dans les prunelles,
Des roses immaculées portant la grâces des ailes
Vers le ciel ouvert aux lèvres en prière !

 

Sublime miséricorde du Christ Omniprésent
Qui change en souriant le livre des atomes
En tiges étoilées, en cathédrales, en dômes,
En odes vertigineuses les cicatrices du temps.

 

Seigneur, je te supplie, remplis ma langue saignante
De la clarté suprême, du savoir parfait
De ta bonté sans borne, de ton amour qui est

 

Le commencement du tout ! Et que, clairvoyante,
Ma poésie épouse ta tendre charité,
Les gémissements des saints, les cris des affligés !

 

 

A Paris, ce mercredi 8 septembre, Anno Christi 2004. Jour de la Nativité de la Vierge, ma
Protectrice Céleste.

 

Glose :

 

Sainte Germaine (Germain Cousin ou Germaine de Pibrac – 1579-1601) : née à Pibrac,
dans le diocèse de Toulouse. Fille de paysans pauvres, elle souffrait d’écrouelles et avait la
main droite déformée. Orpheline de mère dès l’âge de cinq ans, elle était négligée par son
père et maltraitée par sa belle-mère. Bergère, elle passa sa courte vie dans les champs, priant
Dieu et faisant la charité aux plus pauvres qu’elle-même. « Le prodige le plus éclatant lié à
son nom est celui du miracle des fleurs : la petite Germaine mettait du pain noir dans son
tablier pour le distribuer aux nécessiteux. Un matin, sa marâtre se précipite sur elle et lui
demande ce qu’elle cache. La jeune fille, craignant sa colère, lui répond : « des fleurs » et elle
ouvre son tablier d’où, ô miracle, jaillissent des fleurs multicolores, fraîchement cueillies,
dans une saison où la nature ne pouvait en offrir, puisqu’on était en hiver. Pour l’âme
populaire, ces fleurs sauvages sont devenues des roses sauvages, des églantines » (Alain
Santacreux). En 1644, on ouvrit sa tombe. On découvrit son corps intact et parfumé. Son cou
était marqué de cicatrices scrofuleuses et sa main droite restait déformée. Elle avait, sous sa
couronne de garofanos mêlés de seigle. Son visage était rose comme le visage d’une jeune
adolescente endormie. Le prénom en occitan de la sainte, Germaneta, signifie « petite
sœur ». Béatification : 1854. Canonisation : 1867.

 

Scrofules (n.f.) : du bas latin scrofulae, écrouelles. Lésion torpide (qui est dans un état de
torpeur) de la peau, des ganglions lymphatiques, des os ayant tendance de provoquer des
fistules.

 

Garofano (n.m.) : plante herbacée (caryophyllacées), annuelle ou vivace, cultivée pour ses
fleurs rouges, roses, blanches très odorantes. A la famille des caryophyllacées appartiennent
plusieurs variétés :

-         œillet (n.m.), de œil, nom ancien ou dialectal de « fleurs ». Grenadin (n.m.) : variété
d’œillet rouge très odorant. Œillet  mignardise – petit œillet vivace à fleurs très
odorantes que l’on met en bordures. Œillet de poète – à fleurs réunies en corymbes.
Œillet d’Inde – tagète.

-         silène (n.m.), de Silène, nom mythologique, fleur des champs.

-         lychnis (n.m.) ou lychnide (n.f.) : mot d’origine grecque. Il existe une grande variété
de lychnis. La nielle des blés est un lychnis. Oeillet des jansénistes : nom d’un lychnis.
Le nom populaire de lychnis est flox cocculi, « fleur du coucou ».

 

Roseline de Villeneuve (1263- 1329) : moniale chartreuse, née au château des Arcs, d’une illustre famille française (père : Arnaud de Villeneuve, mère : Sybille de Sabran). Roseline devint prieure de Celle Roubaud, en Provence. Elle fut favorisée de visions fréquentes et d’autres phénomènes mystiques. « Enfant, tandis qu’elle distribue des vivres aux indigents, elle est surprise par son père : elle ouvre alors son tablier rempli de pains qui instantanément se transforment en roses » (Alain Santacreu). Culte confirmé en 1851.

 

« Le symbolisme de la rose sauvage (l’églantine) – écrit Alain Santacreu dans la revue littéraire (Contrelittérature) qu’il dirige – doit être mis en relation avec celui de la pomme, l’une et l’autre se rapportant au thème de la Connaissance – de la Gnosis. En effet, de même que l’églantine n’a que cinq pétales en forme d’étoile à cinq branches ou de pentagramme, la pomme, elle aussi, contient en son milieu une étoile à cinq branches, formée par les alvéoles qui renferment les pépins. Selon l’herméneutique spirituelle, le confinement du pentagramme, symbole du Dieu-homme incarné, à l’intérieur de la « chair » de la pomme, marque la « chute » de l’esprit dans la matière, l’immolation sacrificielle du Fils dans le monde, tandis que la rose « inverse »…marque l’éclosion résurrectionnelle du « Nom nouveau ».