Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <   Pâques     >  suivant

 

English version

                                                                                           ©cet

« Marie était restée dehors, près du tombeau, et elle pleurait. Tout en pleurant elle se penche
vers le tombeau et elle voit deux anges vêtus de blanc assis à l’endroit même où le corps de
Jésus avait été déposé, l’un à la tête et l’autre au pieds. « Femme, lui dirent-ils, pourquoi
pleures-tu ? »

 

Evangile de saint Jean, XX, 11-13

 

Le temps incessant de l’azur,
Le Livre au-dedans,
Le cœur, l’amour et la mer,
L’immédiateté glorieuse de l’âme,
La larme qui voit et désire appréhender l’éternité!

 

Et cet enfièvrement de la pure plénitude
Dans le calice de la Vie indéfaisable!

 

C’est ainsi que parlent, unanimes,
Dans leur exaltation clairvoyante,
Les Pères de l’Eglise!
C’est ainsi que, dans leur extase absolue,
Les hauts mystiques de la foi chrétienne -
Astrolabe armillaire de la splendeur divine,

Prunelles imperméables à l’appel séduisant  de la mort!

 

Pâques !

 

Et cette boule de flammes poignantes dans la gorge,
Et cette infinie solitude de la chambre exsangue,
Et ce secret désespoir qui couvre de neige glaciale
Les naissants bourgeons du printemps!

 

Le silence, ce maître à vaste audience,
En connivence avec la violette frayeur du chagrin,

Qui habille l’ardeur séraphique de la main
De fleurs fanées et de satin funéraire!

 

Mais qu’y a-t-il enfin, ô mon âme?
Maintenant que le temps au Temps est égal

Et que l’homme passe l’homme,
Que le corps survit à son corps,

Que l’eau du cœur au cœur de l’eau
Montre le plus éblouissant des astres vivants ?

 

Et vous, que faites-vous, anges vêtus de blanc,
Dans le tombeau vide de sens
Pour le sens qui fuit ma raison ?

 

Pâques !

 

Et cette tristesse incendiaire dans les veines !

 

Mais non ! Souris, lèvre ardente
Où court, sur l’Echelle universelle de la Clarté,
Le libre bruit de tant de songes circulaires
Et l’immortelle lumière de tant d’espérance,
De tant de visages aimés avec passion !

 

Seigneur ! Pourquoi cette tristesse
Aux pieds du jour qui se lève ?

Pourquoi ce battement dans les douces
Ramilles du sang ? Ces larmes,
Ce chagrin indéfini qui frappe, infatigable,
La tempe innocente ?

 

Seigneur !
Ne dis rien, Seigneur,
Laisse ta bonté couler en dehors des syllabes !
Ne dis rien !
Je comprends tout ce que ton cœur veut révéler,
Tout ce que ton regard s’efforce de dire
Au-delà des sons et des mots !

 

Pourquoi ces pleurs insurpassables
En ce jour de joie perpétuelle ?
Pourquoi ?

 

Viens, ô brise, caresser ma face
De ta main consolatrice !
Viens, murmure léger d’âmes souriantes
Sur la poitrine suffocante !

 

Chuchotement d’or des pâquerettes
Autour du puits,
En ce jour inconcevable !

 

Âme,
Le Christ a ressuscité !
Il a vraiment ressuscité,
Ô Âme !

 

A Nouakchott, ce jour de Pâques,,Le 20 avril 2003, 21h.