Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <   Palmyre     >  suivant

 


©Copyright 2001 MSCOMM Michèle Serre, éditeur

version Arabe
English version

Je t’aime ! Les mots sont tristes comme un immense départ    
    Qui doublement sépare le cœur de l’infini !
Je t’aime avec la brise, avec le doux bruit
    Des coccinelles qui marchent vers l’ombre du soir !

 

Je t’aime avec l’aurore qui tremble dans tes yeux,
    Avec l’éternité parmi tes cils de lin !
Je t’aime avec les pleurs, avec le temps serein
    Des âmes de lumière, de l’air vertigineux !

 

Je t’aime avec l’abîme dément de l’insomnie,
    Avec les caravanes qui veillent sur mon délire,
Avec la force de l’eau et la fureur d’un cri !

 

Je t’aime ! Ô grande nuit, renverse sur ma Palmyre
    Les océans de feu, les myriades de chants,
Les lacs de la tendresse dans l’ambre de son sang !

 

 

 

Glose :

 

Palmyre : du grec palmura, traduisant l’antique terme tadmor, « cité des palmiers ». Oasis du désert de Syrie, capitale de la Palmyrène. Mentionnée dès le III millénaire av. J.-C., Tadmor subit l’influence des Amorites, des Araméens, puis des Arabes. Elle s’hellénisa après la conquête d’Alexandre le Grand, puis, au Ier siècle, entra dans l’orbite de Rome. De 260 à 272 ap. J.-C., sous le règne d’Odenath, puis de sa femme Septima Zenobia (Zénobie), Palmyre devint une véritable puissance. C’est une des plus belles cités antiques ! La plupart de ses monuments sont bien conservés : sanctuaire du dieu Bel (peut-être un ancien dieu Bôl), rue bordée d’arcades et arche monumentale, théâtre, caveaux (hypogées) et tours funéraires.