Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

  La musique de la mémoire

 


CET

Version Italienne
Version Anglaise


“I am Raftery the poet.
Full of hope and love.”

(Je suis Raftery le poète.
Plein d'espoir et amour.)

Anthony Raftery
 



Tes petits pas résonnent dans le vieil escalier en bois.
Ils chantent comme des petites gouttes de pluie
Tambourinant contre les feuilles assoiffées
Un jour de juin.

Oui, ils battent comme bat au-dehors
L’infinie, la frémissante, la généreuse vie
De l’univers !

J’ouvre la porte, je te serre contre ma poitrine
Et soudain ton visage radieux
Devient eau palpitante
Sous la chaleur de mes doigts !

Alors mon âme monte au bout de mes lèvres
Pour embrasser la musique de ta respiration frêle,
La vierge lumière de tes yeux
Pleine de félicité !

Par la vitre qui brasille de joie,
S’engouffre le ciel du midi,
Il vient à nous, souriant,
Embaumé par la vapeur de la rosée
Pour bénir notre amour !

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 3 février 2006
 


Glose :

Anthony Raftery ou Antoine O. Raifteiri (1784 – 1835) : un des derniers grands bards errants de l’Irlande. Raftery est né à Killedan. Il était le fils d'un tisserand. Atteint de la petite vérole dans son enfance, Raftery perdit la vue.
Adolescent, il dut travailler comme garçon d’écurie. Chassé par le propriétaire des chevaux à la suite d’un violent dispute, il croisa pendant des années entre Tuam, Gort et Craughwell, où il est mort en 1835. Raftery chanta ses poèmes sans jamais les coucher sur le papier. Il fut littéralement adoré par le petit peuple qui connaissait ses chants par cœur. Bien qu’il ne fût pas un grand ami de l’Eglise, il garda une profonde foi en Dieu. Son magnifique poème Altharraigh Raifteiri, connu et récité par tous les Irlandais, en est le témoin le plus éloquent.