Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <   Mitis ut colomba     >  suivant

doux comme la colombe
 

english version

 


©G.IMGS

 

           

            A Alain Santacreu

 

« Dextera Domini fecit virtutem,

 dextera Domini exaltavit me :

 non moriar, sed vivam,

 ed narrabo opera Domini »

 

(La droite du Seigneur a manifesté sa puissance ;

La droite du Seigneur m’a élevé :

Je ne mourrais pas, mais je vivrai,

Et je raconterai les œuvres du Seigneur)

 

Messe, Le IIIe dimanche après l’Epiphanie

 

Comme sont pleines de poésie

Les descriptions des armes

De toutes ces antiques familles

Qui firent la splendeur de la France,

Ah, mon cher Alain !

Je ne t’en citerai que trois

Pour rendre rêveuse ta pensée

Et illuminé de bonheur nobiliaire

Ton cœur ardemment généreux :

 

« D’azur à une fleur de lis d’or et

une fasce de gueules brochant sur le tout,

chargé à dextre d’un croissant d’argent cantonné,

Et à senestre d’un soleil d’or »

 

Telles sont, cher Alain, les armes

Du marquis Ripert d’Alauzier.

 

« De gueules  au chevron d’or, accompagné

De trois roses d’argent »

 

Telles, mon Ami, de Reynaud, comte de Montlosier !

 

« De gueules, à la fasce cousue d’azur,

chargée de trois besants d’or, accompagnée

de trois croix ancrées d’argent »

 

(Ce sont les armes de Ribaut de Laugardière,

du Mesnil, de l’Isle, noble famille originaire de Normandie,

où elle avait, au XVe siècle, le château du Mesnil,

baillage de Gisor, fief de Plainet-Armet

 

à hommage du roi ; en 1607, le château

du Mesnil-Saint-Jore, près Rouen, et,

en 1755, le fief de Laugardière, près Beaupréau.)

 

Je lis tout cela et je sens s’approcher de mon cœur

Les ressacs lumineux des mots héraldiques,

Les armées cuirassées des gestes des hauts croisés,

J’entends rugir le fleuve du temps nu

Et résonner les cliquetis des éperons d’or !

 

Ô aimable prévenance des mots oubliés !

Ô paroles qui éclairent de leur beauté innocente !

Ô belles paroles de notre langue surélevée,

De notre princière, de notre fleurdelisée

Langue française :

 

Honneur, dignité, estime,

Dévotion, vénération, décence,

Hommage, ovation et triomphe,

Honnêteté, conscience, droiture,

Dignité, exactitude, fidélité,

Franchise, intégrité, loyauté,

Netteté, probité, sacrifice,

Délicatesse, distinction, politesse,

Pudeur, pureté et sagesse !

 

Ces mots saintement glorieux,

Vertueux, auguste, vénérable !

Ces mots sacrés, mon cher Alain,

Lumière palpitante devenue matière sonore,

Ces mots martyrs sacramentels

Qui cueillent la clarté des fruits,

La splendeur des visages, la miséricorde des mains

Et l’angélique charité des champs de blé

Pour les transformer en offrande !

 

Ah, mon cœur, qu’es-tu ? Existes-tu

En dehors de cette transparence de la langue,

En dehors de ce mouvement extatique

Qui mène à la sublime

Perfection ?

 

Ami, je ne veux, non, mon âme ne veut

D’une vie éparpillée

En mille petites misérables éternités

De brève jouissance !

 

Que faire? Nous, errant jetés au milieu du monde

Jusqu’à la perte ?

Que faire, vous, moi, poètes que tout émerveille ?

Il ne nous reste que nous oublier dans l’amour,

Nous oublier totalement, nous ouvrir au fond ultime du ciel,

A l’extrême racine de l’existence !

 

Vivre, la grâce indicible

De rencontrer les choses dans leur pure virginité,

Au moment où elle renaisse de leur origine même.

 

N’ être que des voix qui chantent l’être des choses,

De toute chose, même en sachant, cher Alain,

Au Logos divin, révélé et indéchiffrable,

Tout empli de grâce et de vérité !

 

Qu’importe, Ami ?

Nous aimons, nous espérons,

Nous seront toujours lumière !

 

                      Athanase Vantchev de Thracy

 

Glose :

 

Mitis ut colomba : doux comme la colombe. Devise du marquis Ripert d’Alauzier.

 

Azur (n.m.) : de l’arabe classique, lâzaward, lui-même emprunté au persan – lapis-lazuli. Terme de blason : le bleu, l’un des neuf émaux des armoiries. Les neuf émaux du blason comprennent sept couleurs et deux métaux :

 

Les couleur : 1. azur = bleu ; 2. gueules : rouge ; 3. sable : noir ; 4. sinople : vert ; 5. pourpre : rouge foncé tirant sur le violet ; 6.orangé ; 7. tanné : d’une couleur brun clair, brun-roux. Tan (n.m.) : du gaulois tann, « chêne ». Ecorce de chêne pulvérisée, utilisée pour la préparation des cuirs.

 

Les métaux : 1.or ; 2. argent.

 

Les figures du blason sont :

 

  1. Les émaux (voir supra)
  2. Les partitions (les quatre partitions principales sont : coupé, parti, tranché, taillé / rebattements des partitions héraldiques principales : coupé, parti, tranché, taillé, fascé, burelé, bandé, coticé en bande, palé, vergeté, barré, coticé en barre / superposition des partitions principales : coupé et parti, écartelé, tranché et taillé, écartelé en sautoir, écartelé et sautoir, gironné, gironné de six pièces, gironné de dix pièces / les menues partitions : fascé et palé, échiqueté, billeté, bandé et barré, losangé, fuselé, fuselé posé en bande, endenté.

 

  1. Les fourrures (les fourrures sont : vair, contre-vair, gros-vair ou beffroi, menu-vair, vairé d’or ou de gueules, hermine, contre-hermine, erminois, pean, d’azur herminé d’or, d’or herminé de gueules) 
  2. La croix (croix écartelé, croix gironnée, croix de Saint-André, croix alésée, croix latine ou haussée, croix double ou de Lorraine, croix patriarcale, croix triple ou papale, croix pattée, croix aux extrémités pattée, croix pattée alésée, croix potencée, croix de Jérusalem, croix rosetée alésée, croix de Malte, croix fleurdelisée, croix de Toulouse, croix à huit pointes, croix celtique, croix ansée ou égyptienne)
  3. Les animaux (lion rampant, léopard, lion passant, léopard lionné, lion regardant, aigle, aigle bicéphale, aigle tricéphale, etc. ; les animaux fabuleux : dragons, licornes, griffons, basilics ; les animaux quadrupèdes : loups, ours, sangliers, taureaux, éléphants, chevaux, béliers, etc.)
  4. Les végétaux : la rose à cinq pétale (qui revêt la forme de l’églantine), la rose Tudor, le chardon d’Ecosse, le trèfle irlandais ; la réunion des trois symboles : la rose Tudor, le chardon d’Ecosse, le trèfle irlandais.

 

 

Fasce (n.f.) : du latin fascia, « bandelette ». Terme de blason : pièce honorable qui coupe l’écu horizontalement par le milieu et en occupe le tiers. Burelle (n.f.) : fasce rétrécie sur un blason. Honorable (adj.) : digne, estimable, respectable. Qui honore, qui attire la considération, le respect, ou sauvegarde l’honneur, la dignité.

 

Gueules (n.m.) : pluriel de gueule, du latin classique gula, « gosier, bouche ». Au Moyen Âge, petits morceaux de fourrure découpés dans la peau du gosier de l’animal et servant d’ornement. Terme de blason : la couleur rouge de l’écu.

 

Brocher (verbe) : de  broche, du latin populaire brocca, féminin de broccus, « saillant ». Instrument, pièce à tige pointue. Eperonner. Composer, rédiger à la hâte, sans soin (bâcler). Tisser en entremêlant sur le fond des fils de soie, d’argent et d’or, de manière à former des dessins en relief.

 

Brochant sur le tout : en plus, de surcroît.

 

A dextre : à droite.

 

A senestre : à gauche.

 

Cantonner (verbe) : de canton, mot provençal qui signifie « coin, angle ». Etablir : faire séjourner des troupes en un lieu déterminer. Camper. Terme d’architecture : garnir dans les coins : Tour cantonnée de clochetons. Reléguer. Croissant d’argent cantonné : relégué dans un coin.

 

Chevron (n.m.) : du latin classique capra, chèvre. Pièce de bois équarrie sur laquelle on fixe des lattes qui soutiennent la toiture. Terme de blason : pièce honorable en forme de « V » renversé.

 

Besant (n.m.) du latin byzantium, monnaie byzantine d’or et d’argent répandue au temps des croisades. Figure circulaire d’or et d’argent.

 

A la fasce cousue d’azur : pièce honorable cousue - appliquée émail sur émail ou métal sur métal.

 

Ancrer (verbe) : de ancre, mot latin : ancora. Retenir un navire en jetant l’ancre. Enraciner, implanter. Trois croix ancrées d’argent : bien implantées.