Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <     Kontakion     >  suivant

 


Gozzoli, Choeur des anges, détail

English Version

                  

« Réveille-toi, pourquoi dormir, ô mon âme, pourquoi dormir ainsi ? Car, voici, la fin
s’approche,  et tu rendras compte au jugement. Veille, donc, ô mon âme, pour que t’épargne
le Christ Dieu, lui qui est partout, dans tout l’univers, qu’il comble de sa présence.

 

                        Kontakion extrait du Tripode de Carême

 

 

Viens Souffle léger,
Viens comme une voix imperceptible
Dans la haute voix de la nuit.

 

Viens, apporte dans Ta calme bonté
La consolation décisive.
Fais sourdre dans mon cœur fatigué,
Dans mon corps blessé
Par l’ombre des mots,
Ta souveraine compassion,

 

Que puis-je T’offrir à Toi
Qui est tout ? Je n’ai que
Quelques larmes bleues
De pénitence et d’amour,
Des douceurs revêtues
De chair ensanglantée !

 

Oui, je me souviens,
J’ai encore la rosée de mes lèvres
Pour te chanter,
Et mes mains laborieuses
Pour caresser
Le suave reflet de Ta face
Dans le diamant
De mon désir de Toi !

 

Viens ! Sois le baiser ultime
De la paix dans la clameur,
La chaleur du Ciel
Dans les glaces ardentes
De mon corps !

 

Toi seul, ô Souffle de lumière,
Toi seul Tu peux faire de moi
Une graine vivante
De Ta lumière !

 

Aie pitié de moi, ô mon Seigneur,
Ô Toi, mon Maître aimé,
Mon attente à la saveur indicible !

 

            Athanase Vantchev de Thracy  

 

Paris, ce samedi 13 novembre 2004

 

Glose :

 

Kontakion : du grec kontakion, « petite hymne », lui-même de kontos, « petit ».  Strophe
poétique dans l’Office Divin qui résume ce qui a été dit antérieurement. Le plus grand auteur
de kontakia fut saint Roman le Mélode. On rencontre parfois la forme kondakion, avec un
« d » à la place du « t ». Saint Roman le Mélode ou  Romain le Mélodiste (mort vers 540
ap. J.-C.)
 : Syrien, diacre de Berytos, il fut ordonné prêtre à Constantinople. Il est le plus
grand des compositeurs d’hymnes liturgiques grecques. Nous possédons quelque quatre
vingts hymnes du millier qui lui sont attribuées. Se distinguant tous par leur poésie, leur
profondeur et leur pureté, ses ouvrages comptent parmi les chefs-d’œuvre de la liturgie
universelle.