Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <     Divagation     >  suivant

 


Praxiteles, Aphrodite d'Arles

English Version

A X

 

« De la mer, je suis venu jusqu’ici

Et, de nouveau, j’ai reconnu la vague dans ton étreinte… »

           

            Hart Crane (1899-1932)

 

Tu es et tu n’es pas ! Voix évanouie
D’un temps empli de chants, de rire et d’espoir,
Un jour printanier que le fragile soir
Dépose comme une offrande dans l’âme de la nuit.

 

Tu es et tu n’es pas ! Un insondable cri
Qui creuse comme un burin mon ample mémoire,
Un alphabet de braise, une fresque d’oratoire
Où, immortels, rayonnent tes traits indéfinis !

 

Tremblant, je rêve encore que mes baisers de feu
S’enfoncent dans l’océan de ton regard antique
Et que ton cœur profond comme un écrit attique

 

Revient frapper mon sang de son sourire brumeux !
Tu es et tu n’es pas ! Un rêve, une plénitude !
Une plaie qui illumine ma sombre solitude !

 

                        Athanase Vantchev de Thracy

 

A Paris, ce dimanche 28 novembre, Anno Domini MMIV

 

 

Glose :

 

Irène : nom propre du grec eirênê, « la paix ». Le prénom Ira dérive du prénom Irène. La sainte patronne des Irène est une jeune Grecque, brûlée avec ses deux sœurs Agapé (l’amour) et Chionia (la pureté) à Thessalonique au début du IVe siècle. Elles avaient toutes trois caché des livres saints et refusé de manger de la viande consacrée aux idoles. Fete : le 5
mai.

 

Hart Crane (Garretsville, Ohio 1899 –  la mer des Caraïbes 1932) : un des plus grands poètes américains du XXe siècle. Issu d’une famille désunie, il était obsédé par l’idée de rupture. Son long et remarquable poème Le Pont (1930) présente l’Amérique moderne comme un « pont » capable de relier le passé à l’avenir. On retrouve dans son dernier poème, The broken Tower (« La Tour brisée »), l’émotion religieuse  de certains vers du Pont. Hart Crane fut marqué par son séjour en Europe (Londres, Paris, la Provence) et par sa rencontre avec les surréalistes français en 1928-1929. La vie de Crane fut marquée par de nombreuses aventures homosexuelles ; sa mort, mystérieuse, au retour d’un voyage au Mexique, s’inscrit peut-être dans ce contexte, à moins qu’il ne s’agisse d’un suicide. Le long poème Key West, publié après sa mort, est son œuvre la plus célèbre.

 

Oratoire (n.m.) : du latin ecclésiastique oratorium, lui-même du verbe orare, « prier ». Le lieu destiné à la prière, petite chapelle. Eglise, maison de la congrégation des prêtres de l’Oratoire, fondée à Rome par saint Philippe Neri (1575). L’Oratoire de France ou Oratoire de Jésus et Marie immaculée fut fondé par le cardinal de Bérulle en 1611.
Oratoriens célèbres : saint Jean Eude, Malebranche, Massillon, Richard Simon.

 

Attique (adj.) : du grec attikos. Qui a rapport à l’Attique, à Athènes, aux Athéniens. Goût parfait, finesse attique. Le goût attique, c’est-à-dire le sentiment des nuances, la grâce légère, l’ironie imperceptible, la simplicité du style, l’aisance du discours, l’élégance de la preuve

(Hippolyte Taine).