Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <     Des paroles anciennes     >  suivant

 


©Louis Stettner

English version

       

                                 « Hélas ! Je prie et flatte
                             ce qui me fera mourir… »

                                                                            Gace Brulé

 

 

Où es-tu à présent, ô mon enfant ?
Pourquoi ce silence, pourquoi cette peine
Qui fait trembler ma main
Dès que j’essaie de t’écrire ?

 

En vain ma mémoire dessine
Sur la poussière salée de la vitre
Ton visage, tes yeux, ta gorge, ton sourire,
Tes bras rincés à l’huile de rose !

 

Cette attente réitérée, ces frissons de la peau
Qui courent comme les ondes d’un ruisseau sous
Le voile vieilli du silence,
Des paroles anciennes
Plus douces et plus savoureuses
Que des framboises sauvages !

 

Reviens, mon enfant,
Rends favorable pour ma tristesse
Ta fureur juvénile, la rutilance de tes gestes,
Les arches votives de tes colères fraîches !

 

Reviens, ô âme aimée, calme l’inquiétude
De ce soir, la mélancolie des arbres,
L’empire du souvenir assoupi,
L’incendie qui jaillit glacial de ma poitrine !

 

Reviens, rends la vie au temps mort,
La divine surprise de frémir au sang figé,
Viens, parle, chante,
Apaise de ta main réconciliée enfin
Avec la tendresse
Les battements
De ce soir de septembre !

 

A Paris, ce dimanche 19 septembre, Anno Redemptori MMIV

 

Glose :

 

Grace Brulé (vers 1159 – ?) : poète, troubadour, chevalier. Son nom Brulé vient de Burelé, surnom d’une famille champenoise. Il vécut probablement à Nanteuil-les-Meaux, où il écrivit entre 1179 et 1212. Il fréquenta la comtesse Marie de Champagne, le comte Geoffroy de Bretagne (demi-frère de Marie), les comtes Louis Ier de Blois (fils d’Aélis, sœur de Marie) et Thibaut Ier de Bar, Guillaume de Garlande, seigneur de Livry, Gilles de Vieux-Maison, Bouchard Ier de Marly, Guy de Ponceaux, châtelain de Coucy et Conon de Béthune. Peut-être prit-il part à la Troisième ou à la Quatrième Croisade. Sa poésie est pleine d’ardeur amoureuse et de raffinement.