Accueil
Biographie
Bibliographie

Evénements
Invités
Correspondance
Photos
Contact

OEUVRES

Voluptés inassouvies
Sainte Anne
Haiku
Soupir
Tendresse

Instant
Ad Limina Apostolorum
Noël
La Création

La mort du Prophète
Le visage de l'ami
La Vie s'avance
Chants monodiques
Emotion

Mitis ut colomba
Toi, Vierge de feu
Instants de pure éternité
Etait-ce moi, ô âme

Pâques

Tu frappes à la porte
Trois s
oupirs
Palmyre
Innocence
Des saintes et des roses
Nuit profonde de l'été
J'ai de la mort
Calme tragique et nostalgie
Des paroles anciennes
Frisson

Tu dis approche

Les mots
Eponymie
Sandro Botticelli
La chapelle funéraire
Rencontre
Synaxaire
Kontakion
Les cieux des cieux
Divagation
Offrande florale
Forêt de lumière
Aime-moi, Ô mon amour
Er le pamphylien
Tu entres, tu allumes la lumière
Elévation sur la beauté

La poésie russe
Hortus delicarium
Scintillement
Deux saisissements de l'âme
Ô temps sublime, Ô Pâques divine

Prosopopée
Douleur
La rue que j'habite
Accalmie

Ô Âme, Combien les paroles
Des Vers par d'autres aimé
Allophtoneonta

Seneca
Tu es, ami splendide
Catulle

Carthage
Berceuse
Au-delà de la surface
Transcendance
Et cette lumière insaisissable
Revelator Occulti
Rêve

Funérailles grecques

Souris mon bel enfant
Musique de la mémoire
Haibun pour un prince endormi
Haibun pour un prince amoureux
Aube
Ecoute, mon tendre prince
Je regarde par la fenêtre
Sublime perfection
Anaglyphes
Lampadophores
Modestie
Non mon frère je ne suis pas triste
Immersion
Khosrow Anushirvan
Mots d'azur
Andronikos
La Stèle obsidienne

Postludium

 

précédent  <     Douleur    >  suivant
 


©Jock Sturges

English Version

 « Only your word will heal the injury »
(Seul un mot de toi peut guérir ma plaie)

Geoffrey Chaucer, Rondel of Merciless Beauty

Tu viens sans dire mot,
Tu t’en vas sans faire le moindre sourire,
Laissant dans la chambre la plus claire de l’été
Les empreintes fragiles de ton âme
Et le frais parfum de ta douleur !

Tel un esprit, je hante les longs couloirs
A l’odeur de coings et de lavande !

Puis je m’arrête, romps un morceau
De ma solitude et le presse contre ma bouche
Comme une miche de pain chaud !

Dehors le feu des hirondelles
A la mémoire sans partage
Incendie l’air,
Et le temps s’engouffre dans
Les cicatrices des pensées
Comme un vaste pressentiment d’inconnu !

Que faire ? Qui interpeller, qui évoquer enfin ?

En attendant, l’essence des choses
Continue de passer à travers le tamis taciturne
Des larmes.

Des voix palpables, des voix étrangères
Viennent déposer leur grêle sollicitude
Dans le chant incessant de Juillet !

Athanase Vantchev de Thracy

A Paris, ce jeudi 19 mai, Anno Domini MMV

Glose :

Geoffrey Chaucer (1340-1400) : poète anglais. Fils d’un marchand de vin de Londres. Pourtant, à dix-sept ans, il fut page de cour et ne cessa, sa vie durant, de se sentir à l’aise aussi bien à la cour que parmi les marchands, les clercs et le peuple. Il importa de France et assouplit sous l’influence italienne le décasyllabe qui devait devenir le vers « héroïque », unité métrique par excellence, de la grande poésie anglaise. Il introduisit le rondeau, le virelai et la ballade. Rompant avec le passé littéraire anglo-saxon, il s’inspira du poète français Machaut et dut surtout son initiation poétique au Roman de la Rose qu’il traduisit très fidèlement. Son esprit même, comme son nom (Chaussier), est français. Chaucer a une dette considérable envers les poèmes de jeunesse de Boccage. Il condensa et abrégea la Théséide
pour en faire son Conte du chevalier (inclus dans son célèbre ouvrage Les Contes de Canterbury, publié en 1526, véritable chronique sociale de l’Angleterre de la fin du XIVe siècle). Sa Légende des femmes exemplaires (inachevée, 1386), inspirée des Héroïdes d’Ovide, bien que pure et touchante parfois, contient des irrévérences caractéristiques. La Maison de la renommée (1379), essai de parodie de La Divine comédie de Dante, est un poème allégorique. C’est encore à l’allégorie qu’il recourut pour composer Le Parlement des oiseaux (1382). Chaucer est le premier écrivain réaliste.